GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon : de l’eau larguée par hélicoptère pour refroidir la centrale de Fukushima-Daichi

    media Un hélicoptère déverse de l'eau sur les réacteurs de la centrale Fukushima-Daichi, le 17 mars 2011. REUTERS/NHK via Reuters TV

    Les autorités japonaises tentent toujours de contenir les radiations s'échappant de la centrale nucléaire de Fukushima-Daichi. Des hélicoptères ont largué des milliers de litres d'eau sur les réacteurs en fusion. L'opérateur tente de rétablir une ligne électrique pour refroidir le combustible. Dans le même temps, de nombreux pays demandent à leurs ressortissants de s'éloigner le plus possible de la zone, voire de quitter le Japon. Tokyo livre un nouveau bilan du séisme et du tsunami : 5 178 morts et 8 606 disparus. Des millions de personnes sont toujours privées d'eau et d'électricité. 80 000 soldats et policiers poursuivent leurs opérations de secours, opérations ralenties par le froid et les chutes de neige. 

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Pour la première fois depuis l’arrêt de la centrale nucléaire Fukushima-Daichi, de la surchauffe de ses réacteurs, de la possibilité d’une fusion du cœur d’un de ses réacteurs, l’armée japonaise a utilisé des hélicoptères de type Tchinouk pour déverser ce 17 mars  environ 30 000 litres d’eau sur les réacteurs 3 et 4. L’objectif est aussi de remplir la piscine de combustibles âgés qui servent à refroidir la centrale, à remplir cette piscine du réacteur n°4 qui était endommagé par deux incendies déjà, avec l’aide d’eau déversée, du haut d’hélicoptères. Une opération dont personne ne sait si elle a réussi.

    Toute la question est de savoir, quelles sont les doses reçues par la population autour de la zone d’exclusion ?

    Pr Patrick Gourmelon

    Directeur de la protection de l’homme à l’IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

    17/03/2011 Écouter

    D’abord parce la veille, les pilotes d’hélicoptères n’ont pas pu décoller compte tenu du niveau très élevé de radioactivité. Les hélicoptères ne sont pas non plus protégés contre les radiations. Autre possibilité que vont tenter de réaliser les opérateurs de la centrale, c’est d’utiliser des canaux à eau des pompiers japonais. Tout cela relève du bricolage.

    Pour l’instant, il difficile de savoir à quelle dose de radiation les populations sont exposées. On en est réduit à faire des estimations, à partir des données météo mais surtout en fonction de l’endroit où les gens se trouvent. La radioactivité est bien évidemment bien plus forte au coeur des centrales, là où travaille le personnel japonais qui tente de contenir les radiations. Selon Patrick Gourmelon, directeur de la protection de l’homme à l’IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, le risque pour leur santé est désormais très élevé.

    Héros ou sacrifiés

    Ce personnel travaillant au plus proche des radiations était appelé liquidateur durant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, en Ukraine. Les spécialistes parlent d'experts, évoquent même des comportements héroïques. Il sont une centaine à la centrale de Fukushima, peut-être trois cents au maximum, qui cherchent à prévenir une fusion du cœur de ses réacteurs ou la formation d’un nuage radioactif. C’est un très petit nombre.

    Ces employés sont exposés parfois à des niveaux de radiation dix mille fois plus élevés que la normale. Ils doivent souvent évacuer les salles contenant les réacteurs. Et ce ne sont pas toujours les employés les plus qualifiés pour faire face à une situation très dangereuse.

    Mais au Japon, la population japonaise ne les voit pas comme des héros, parce que ce sont des employés qui sont sacrifiés par l’opérateur Tepco. Tepco, c’est une grande compagnie d’électricité liée à l’Etat qui ici, a peut-être plus de pouvoir que le Premier ministre japonais Naoto Kan.

    Elle a une longue histoire d’incidents dissimulés dans ces centrales nucléaires, de falsifications de rapports d’accidents qui ont mené à une ou deux occasions à la mort de plusieurs de ses employés qui ont été irradiés. Et aujourd’hui, Tepco n’hésite pas une fois de plus à sacrifier ses employés en les soumettant à des conditions de travail qui mettent en jeu leur vie.

    Les liquidateurs de Tchernobyl ont été aussi dans le même cas. Ce sont des survivants. En même temps, certains de ces liquidateurs de Tchernobyl, ces techniciens qui ont réussi à maîtriser la situation à l’époque, sont aujourd’hui au Japon et fournissent leurs neurones, leur savoir aux autorités japonaises.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.