GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: onze morts dans les bombardements israéliens (ONG)
    • L'ELN revendique l'attentat contre une école de police à Bogota (communiqué)
    • Tourisme et gastronomie: ce lundi, le guide Michelin dévoile son palmarès France 2019
    • Washington n'a «pas de plan» pour après son retrait de Syrie, indique Brett McGurk, l'ex-émissaire américain pour la coalition
    • Explosion d'un oléoduc à Tlahuelilpan au Mexique: le bilan atteint 85 morts (ministre mexicain de la Santé)
    Asie-Pacifique

    L'Union européenne assouplit les sanctions visant la junte militaire birmane

    media Le chef de l'Etat birman, Thein Sein, entouré de ses vice-présidents à Naypyidaw. REUTERS

    L'Union européenne a décidé d'alléger les sanctions contre la Birmanie. Les ministres des Affaires étrangères des « 27 », réunis à Luxembourg, ont suspendu les gels d'avoirs et de visa pour un tiers des membres du gouvernement de Naypyidaw, dont le chef de la diplomatie birmane.

    Les Européens ont prolongé pour une année supplémentaire des gels d'avoirs et les interdictions de visa d'entrée en Europe, sauf pour les membres civils du gouvernement au pouvoir - un tiers environ du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères, U Wunna Maung Lwin.

    Par ailleurs, les pays européens ont décidé de recommencer à effectuer des visites de haut niveau en Birmanie - rebaptisée « Myanmar » par la junte au pouvoir - tout en soulignant qu'ils veulent avoir accès aux responsables politiques du gouvernement, mais aussi aux représentants les plus importants de l'opposition.

    L'équilibrisme de la diplomatie européenne

    L'UE renouvelle depuis 1996 une position commune interdisant la vente d'armes et toute coopération de défense, interdisant l'entrée et gelant les avoirs sur le territoire européen des membres de la junte et de leur famille. La diplomatie européenne a également établi une liste d'entreprises birmanes liées au régime, dans lesquelles l'investissement est prohibé.

    Malgré les sanctions, renforcées après la répression des manifestations de 2007, par l'adoption d'un embargo sur les importations de certaines matières premières, la coopération en matière humanitaire reste autorisée. L'UE est même le premier bailleur de fonds de la Birmanie et intervient en particulier dans les domaines de l'éducation et de la santé. Le montant de l'aide européenne à la Birmanie s'est élevé à 32 millions d'euros pour la période 2007-2010.

    La figure d'Aung San Suu Kyi en question

    Le débat sur la pertinence des sanctions internationales - européennes et américaines - a été relancé fin 2010, après la libération d'Aung San Suu Kyi, qui incarne l'aspiration à la démocratie en Birmanie. La « Dame » de Rangoon, Prix Nobel de la paix en 1991, a vécu la majorité de ses 20 dernières années en résidence surveillée.

    Récemment, plusieurs diplomates de l'Union européenne ont débattu de l'éventuelle levée de sanctions contre la junte, avec Aung San Suu Kyi et les représentants d'autres partis de l'opposition. La célèbre opposante a réclamé le maintien des mesures internationales, imposées pour punir les violations des droits de l'homme. Les partisans des sanctions affirment qu'elles constituent la seule façon de faire pression sur le pouvoir birman.

    La vitrine civile de la junte au pouvoir

    Les récents changements politiques ont été accueillis avec beaucoup de scepticisme par la communauté internationale et par les opposants birmans en exil. Ils considèrent qu'en réalité l'armée a conservé le contrôle du pouvoir, même s'ils admettent l'idée que certaines réformes sont possibles.

    Après les élections de novembre 2010, le numéro un du régime birman, le généralissime Than Shwe, a pris sa retraite de l'armée fin mars 2011. Il était au pouvoir depuis 1992. L'ancien général Thein Sein, Premier ministre sortant, à été nommé président, en vertu d'une nouvelle Constitution.

    Un appareil d'Etat verrouillé

    Le Conseil d'Etat pour la paix et le développement (SPDC), qui présidait aux destinées du pays, et était dirigé par Than Shwe, a été dissous cinq mois après les élections législatives. Than Shwe n'entend pourtant pas disparaître de la scène politique du pays ; il a annoncé qu'il reste disponible pour donner des conseils au gouvernement. L'opposition birmane en exil a évoqué la création d'un Conseil suprême de l'Etat, qui n'est pas prévu par la Constitution. Cet organe rassemblerait tous les cadres de la junte sortante.

    Néanmoins, le Parlement national et les pouvoirs régionaux sont verrouillés par le Parti de la solidarité et du développement de l'Union (USDP, créé par la dictature militaire) et par les militaires d'active ; ils détiennent un quart des sièges dans chaque assemblée. Tous les postes importants, au sein des pouvoirs exécutif et législatif, à la direction de l'USDP et dans l'armée, sont occupés par des fidèles de la junte sortante. L'opposition n'a quasiment aucun rôle dans la nouvelle organisation institutionnelle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.