GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon : nouvelles mesures radioactives record enregistrées près de Fukushima

    media

    Hillary Clinton a fait part du soutien résolu des Etats-Unis au Japon. La secrétaire d’Etat américaine est à Tokyo, ce dimanche 17 avril 2011, pour une visite de quelques heures dans un pays sonné par les conséquences du tsunami du 11 mars. Elle doit être reçue par l’empereur Akihito et le Premier ministre Naoto Kan. Le gouvernement japonais a été forcé d’admettre ce même jour que les niveaux de radioactivité dans l’eau de mer au large de la centrale de Fukushima-Daichi avaient fortement augmenté ces derniers jours. Peut être la conséquence de nouvelles fuites.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Les niveaux d’iode radioactive sont montés jusqu’à 6 500 fois au-dessus du niveau légal, selon des échantillons prélevés dans l’eau de mer au large de la centrale de Fukushima. Cette hausse de la radioactivité a été détectée après une réplique de force 5 ,9 sur l’échelle de Richter, une de plus qui a secouée la région proche de Fukushima et celle de Tokyo.

    Avant cette réplique, la radioactivité était 1 500 fois supérieure à la normale et l’Agence de la sûreté nucléaire japonaise avait demandé aux opérateurs de centrales de renforcer leur système de protection antisismique afin d’éviter, comme à Fukushima, une panne des systèmes de refroidissement des réacteurs.

    Cette nouvelle hausse de la radioactivité signale de nouvelles fuites d’eau hautement radioactives, en provenance des enceintes des réacteurs n°2 et n°3, selon des experts indépendants. Les mesures, effectuées dans l’eau de mer, montrent une forte contamination du milieu marin.

    Le gouvernement, après avoir comparé Fukushima à Tchernobyl, laisse entendre, sans preuve, que l’on s’achemine peut-être vers une résolution de l’accident.

    Le calendrier de Tepco pour sortir de la crise

    Alors que de forts niveaux de radioactivité sont enregistrés près de la centrale de Fukushima, Tepco dévoile son plan pour sortir de la crise.

    « Nos opérations sur le site vont se dérouler en deux temps, déclare Tsunehisa Katsumata, le président du conseil d’administration de Tepco. D’abord avec le refroidissement des réacteurs de la centrale et des bassins de stockage du combustible usé. Ca prendra trois mois. Ensuite avec la mise à l’arrêt définitif des réacteurs d’ici six à neuf mois ».

    Cet arrêt froid des réacteurs permettra de réduire les fuites radioactives à un niveau très bas. Cela facilitera l’intervention directe des techniciens et des ouvriers dans les salles des réacteurs.

    Près d’une trentaine d’ouvriers ont déjà reçu des doses de radiations très élevées qui mettent en danger leur santé, a admis Tepco à l’Agence atomique de Vienne. Une information peu reprise par les médias japonais établis.

    Tepco va tout faire pour empêcher une autre explosion d’hydrogène aux réacteurs n°1, n°2 et n°3, en injectant de l’azote. Tepco va encore s’efforcer de ne pas relâcher d’eau hautement radioactive et la décontaminer à partir de juin.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.