GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Lobsang Sangay devient le chef politique des Tibétains en exil

    media

    Le gouvernement tibétain en exil a un nouveau « Kalon Tripa », un Premier ministre. Lobsang Sangay a été élu, mercedi 27 avril 2011, par la diaspora tibétaine. Avec 55% des voix, il bat, dès le premier tour, ses deux adversaires. L'élection de ce juriste de 43 ans, spécialisé en droit international, marque peut-être le début d'une nouvelle phase pour le mouvement tibétain.

    La mission qui attend Lobsang Sangay est loin d'être aisée. Né en Inde, dans le Darjeeling, il n'a jamais posé le pied sur le sol tibétain mais est appelé à devenir le véritable chef politique de la communauté.

    Le Dalaï Lama, âgé de 75 ans, a en effet annoncé, le mois dernier, son désir de voir lui succéder une personnalité jeune et élue afin qu'il puisse se concentrer sur ses fonctions religieuses.

    Lobsang Sangay incarne une nouvelle génération qui n'a jamais connu le Tibet avant l'invasion chinoise, et dont les préoccupations sont bien différentes de celles de ses aînés.

    Lorsqu’il était étudiant à Harvard, Lobsang Sangay était partisan de l'indépendance du Tibet. Mais celui qui s'était présenté comme « le Barack Obama de la Chine », s'est converti à une ligne plus conciliante avec Pékin, souhaitant une autonomie du Tibet et une intégration des Tibétains dans la société et le système politique chinois.

    La capacité de Lobsang Sangay à l'écoute et au dialogue est reconnue. Elle sera son arme principale pour faire avancer la cause tibétaine. Mais il lui faudra surtout gagner une légitimité et une reconnaissance internationale, indispensable pour porter un combat que les défenseurs de cette cause craignent de voir tomber dans l'oubli à la mort du Dalaï Lama.

    Lobsang Sangay prendra ses fonctions de Premier ministre au mois d'août 2011. Le Dalaï Lama reste le chef spirituel des Tibétains.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.