GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un indépendantiste élu à la tête du Congrès de Nouvelle-Calédonie (officiel)
    • Taïwan acte les premiers mariages homosexuels en Asie
    Asie-Pacifique

    Catastrophe de Fukushima : Tepco admet une fusion dans les réacteurs n°2 et 3

    media Des ouvriers répandent de la résine sur le sol autour du batiment d'un des réacteurs de la centrale de Fukushima, le 1er avril 2011. REUTERS/

    Exploitant la centrale nucléaire de Fukushima-Daichi au Japon qui a été endommagée par le séisme et le tusnami du 11 mars 2011, la société privée Tepco fait de nouveaux aveux. Elle a admis mardi 24 mai 2011 qu'il s'est effectivement produit une fusion dans les réacteurs n°2 et n°3 et que le coeur du reacteur n°1 a complètement fondu. 

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Le cœur du réacteur numéro 1 a totalement fondu dans la centrale du Fukushima. Le combustible en fusion est tombé au fond de la cuve sous pression et celle-ci est trouée, admet Tepco, son opérateur, plus de deux mois après l’accident.

    Il ajoute que les cœurs des réacteurs numéro 2 et 3 ont eux aussi fondu partiellement. Le combustible fondu est transformé en corium, une lave brûlante et imprévisible.

    Le Premier ministre Naoto Kan accuse Tepco de lui avoir fourni des informations inexactes sur la gravité de la situation dans la centrale. Selon Tepco, le Premier ministre Naoto Kan a aggravé la situation dans la centrale en ordonnant pendant plus d’une heure l’arrêt de l’arrosage des réacteurs avec de l’eau salée, ce qui a eu pour effet d’accélérer la fusion du combustible. Le Premier ministre a aussi retardé les opérations de refroidissement des réacteurs, juste après l’accident, en survolant la centrale à bord d’un hélicoptère.

    Le Premier ministre et Tepco se rejettent la responsabilité de la gestion désastreuse de l’accident. Selon le journal économique Nikkei, ce n’est pas le rôle du chef du gouvernement japonais de gérer l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire, après celui de Tchernobyl.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.