GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'écrivain, dont l'extradition est réclamée par Istanbul, est libre à condition de rester à Madrid, précise son avocat, Ilias Uyar. L'écrivain, en vacances à Grenade, dans le sud de l'Espagne, a été arrêté samedi en vertu d'un mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande de la Turquie. Une arrestation dans le cadre d'une «traque ciblée contre les détracteurs du gouvernement turc vivant en Europe», déclarait hier son avocat. Un représentant du ministère allemand des Affaires étrangères indiquait hier que l'Allemagne était en contact avec les autorités espagnoles pour exiger que Berlin soit impliqué dans toute procédure d'extradition, tout en soulignant qu'aucune extradition ne devait justement avoir lieu, rapporte l'agence Reuters. Dogan Akhanli a fui la Turquie en 1991 et s'est installé à Cologne, en Allemagne, en 1995.

    Asie-Pacifique

    Al-Zawahiri succède à ben Laden à la tête d'al-Qaïda

    media

    C'est par un texte mis en ligne sur internet ce jeudi 16 juin 2011 qu'a été intronisé le nouveau chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. Un nouveau chef qui n'est pas un nouveau venu.

    Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

    L’Egyptien Ayman al-Zawahiri, chirurgien de formation, était le bras droit d’Oussama ben Laden. Avec lui, il a co-fondé al-Qaïda à la fin des années quatre-vingt.

    L’idéologue égyptien a, très jeune, rejoint le mouvement des Frères musulmans dans son pays natal, avant de se radicaliser au sein du mouvement du Jihad islamique.

    En 1981, lors de l’assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate par des extrémistes islamistes, il est jeté en prison avec une centaine d’autres personnes et torturé.

    A sa libération, il s’est encore nettement radicalisé. Ayman al-Zawahiri et Oussama ben Laden se seraient rapprochés dans les années quatre-vingt au Pakistan, dans le cadre du Jihad afghan contre les Soviétiques.

    Le théoricien égyptien devient alors rapidement l’un des mentors du riche Saoudien, et les deux hommes sont tenus pour responsables des attentats du 11 septembre 2001.

    Ces dix dernières années, Ayman al-Zawahiri est devenu l’une des figures les plus médiatiques d’al-Qaïda. Il apparaît régulièrement dans des vidéos de propagande de l’organisation, et sa nomination à la tête d’al-Qaïda n’a rien de surprenant, parce qu’il bénéficie de la loyauté des combattants arabes de ce même réseau.

    Ayman al-Zawahiri est considéré comme plus radical qu’Oussama ben Laden, et on le dit aussi beaucoup moins charismatique.

    Dans une vidéo en hommage posthume à son prédécesseur, mise en ligne récemment, le co-fondateur d’al-Qaïda s’est engagé à poursuive le Jihad contre l’Occident.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.