Afghanistan : un 63e soldat français tué dans l'est du pays - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Orient hebdo
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Musiques du monde
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:33 TU Musiques du monde
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Musiques du monde
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Musiques du monde
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Si loin si proche
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Si loin si proche
  21. 22:00 TU Journal
  22. 22:10 TU Archives d'Afrique
  23. 22:30 TU Journal
  24. 22:40 TU Archives d'Afrique
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Orient hebdo
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Le club RFI
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Asie-Pacifique

Afghanistan France

Afghanistan : un 63e soldat français tué dans l'est du pays

media

En Afghanistan un soldat français a été tué samedi 25 juin 2011 au cours d’une opération dans la province de Kapisa, à 40 kilomètres, environ, au nord de Kaboul. C’est le 63ème soldat français tué après bientôt dix ans de guerre. Agé de 24 ans, il appartenait au 1er Régiment de chasseurs parachutistes basé à Pamier dans l’Ariège. Malgré des progrès sur le terrain, les militaires français sont confrontés à une insurrection plus virulente.

Avec notre correspondant à Kaboul, Vincent Vulin

Le soldat a été abattu par un tir ennemi alors qu’il progressait avec sa section dans la vallée d’Alasaye. Immédiatement les forces françaises, appuyées par des hélicoptères, ont éliminé les assaillants. 

La Kapisa, région de montagnes et de vallées encaissées, reste un foyer de l’insurrection. Depuis le début du printemps, les insurgés, grâce à une végétation plus fournie, peuvent se déplacer de manière furtive et lancer des opérations meurtrières. 

Il y a une semaine un autre soldat français est mort en opération et quelques jours auparavant, un kamikaze tuait sept personnes à Mahmoud Raqui, la capitale de la province. Pour le commandement français la situation s’est pourtant améliorée. Les militaires assurent tenir le terrain, notamment le long de la route principale.

Seulement les insurgés essaieraient de se reprendre et chercheraient à tout prix à commettre un attentat spectaculaire contre les forces étrangères. L’annonce récente du retrait des troupes risque d’aggraver la situation. Selon un responsable français, les insurgés pourraient multiplier les attaques afin de faire passer le retrait pour une défaite militaire.

La situation sécuritaire est contrastée... l'effort doit être maintenu en Kapisa... l'insurrection a été considérablement affaiblie néanmoins la configuration du terrain fait que l'insurrection continue à conduire des actions de harcèlement qui malheureusement peuvent nous conduire à avoir des pertes...
Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major, fait le point sur la sécurisation du pays 10/10/2013 - par Valérie Rohart écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.