GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Asie-Pacifique

    Attentat de Karachi : le financement de la campagne de Balladur passé au crible

    media L'attaque du bus le 8 mai 2002 à Karachi avait fait 14 morts, dont 11 salariés de la Direction des constructions navales (DCN). AFP/Aamir Qureshi

    Les familles des victimes de l'attentat de Karachi en 2002 ont rendez-vous ce vendredi 1er juillet 2011 dans l’après-midi avec le juge Marc Trevidic chargé de l'enquête sur cet attentat pour apprendre les orientations que le juge compte prendre dans ce dossier. Car l'enquête sur le volet financier de l'affaire de Karachi fait peser de nouveaux soupçons sur Edouard Balladur. Des nouveaux témoignages et des documents ont été publiés par le quotidien Le Monde : les enquêteurs chargés d'établir si la campagne présidentielle de M. Balladur, en 1995, a été financée par des ventes d'armes, contredisent la défense de l'ancien Premier ministre.

    Les avances de l'information judiciaire semblent donner raison aux familles des victimes de l'attentat de Karachi. Il y a bien eu financement illicite, selon leur avocat Maître Olivier Morice :

    « Ce qui apparaît maintenant très clairement, c’est que M. Balladur a bénéficié de près de 20 millions de francs à l’époque, en espèce, qui sont des fonds parfaitement illicites. Vous savez que la piste qui est maintenant examinée avec beaucoup de crédibilité, c’est celle qui aurait permis grâce à la vente de sous-marins au Pakistan de faire revenir en France des retro-commissions. Et ces retro-commissions auraient servi non seulement au parti républicain mais aussi à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur ».

    Les familles des victimes dénoncent le double discours d'Edouard Balladur qui aurait toujours expliqué que ces fonds étaient recueillis lors de meetings. Il est en effet peu probable que 20 millions de francs en espèces aient pu être récoltés par la vente de t-shirts et autres gadgets.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.