GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cambodge : le tribunal sensibilise les Cambodgiens au procès des khmers rouges

    media

    Cette semaine s'est achevée à Phnom Penh une audience initiale dans le procès des quatre anciens hauts responsables khmers rouges, poursuivis pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Si les débats sur le fond ne s'ouvriront pas avant septembre, certains s'interrogent déjà sur l'écho national que recevra cette procédure attendue depuis plus de trente ans.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gée

    L’intérêt de ses compatriotes, pour ce qui se joue dans ce tribunal parrainé par les Nations unies, Dim Sovanarkom le mesure à chaque audience, avec toutefois des absents notoires : « On voit bien qu’ici il y a plein de gens qui viennent. Tous les jours, au moins 600 à 700 personnes, qui viennent des quatre coins du pays. Mais on voit peu de journalistes locaux », dit-il.

    Certes, reconnaît le porte-parole de la juridiction, l’éloignement du site couplé à la technicité du sujet, n’encourage pas les médias locaux à s’y intéresser beaucoup.

    « L’enjeu est pourtant de taille », met en garde Patrick Vinck, l’un des auteurs d’une récente enquête sur le niveau de connaissance et la perception du tribunal, réalisée auprès de la population cambodgienne par le centre des droits des l’homme de l’université américaine Berkeley.

    « La justice doit être faite, mais la justice doit aussi être vue en train d’être faite », explique Patrick Vinck, qui ajoute que « si les procédures deviennent trop compliquées, elles risquent de ne pas être comprises par la population, la justice ne va pas être visible et on ne va pas comprendre ce qui se passe. Si on ne comprend pas ce qui se passe, on se désintéresse du processus, ou pire, on peut percevoir ce processus comme étant arbitraire, simplement parce que le processus n’est pas compris. Ainsi il y aura un impact sur la perception du tribunal dans son ensemble, mais aussi sur la perception du système judiciaire », conclut-il.

    Malgré ses efforts, le tribunal ne pourra pas, seul, réussir à sensibiliser les Cambodgiens, dont une partie n’a, jusqu’ici, pas entendu parler du travail de la cour.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.