GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Inde, les rebelles de l'Etat d'Assam décrètent un cessez-le-feu

    media

    En Inde, après plus de 30 ans d'insurrection nationaliste, l'Etat oriental d'Assam est peut-être sur la voie de la paix civile. L'Ulfa décide de tourner la page de la lutte armée ; le Front uni pour la libération de l'Assam est l'organisation terroriste régionale la plus importante et l'une des plus anciennes de la fédération indienne. Libéré voici tout juste quelques mois, son président, Arabinda Rajkhowa, a indiqué que son organisation décrétait un cessez-le-feu unilatéral pour permettre la tenue de discussions de paix. 

    Pour New Dehli, l'Assam, c'est loin... C'est une région périphérique, coincée entre l'Himalaya, le Bangladesh, le Bouthan et proche de la Birmanie où l'Ulfa disposait de solides soutiens. Là-bas, c'est un Extrême-Orient indien compliqué, enclavé aux confins du territoire, un « boulet », difficile à défendre. L'Inde a d'autres priorités, notamment la guerre en cours avec le Pakistan.

    C'est dans ce contexte que le Front uni pour la libération de l'Assam est fondé en 1979 sur la base de revendications identitaires, culturelles, et en signe de protestation à la fois contre l'immigration clandestine massive des Bangladais et contre la mise à l'écart par New Delhi des projets de développement et d'infrastructures.

    Un Etat dans l'Etat

    Les premières années sont couronnées de succès. L'Ulfa est un Etat dans l'Etat : influent, populaire, respecté. Mais la violence, les attentats, les assassinats politiques, l'impôt révolutionnaire ont raison du soutien de la population et de la patience de New Delhi qui impose son administration directe, militaire, en 1990.

    Sous l'amicale pression de la diplomatie indienne, la direction politique perd peu à peu ses soutiens extérieurs. En 2009, le Bangladesh arrête ses leaders et les remet aux autorités indiennes. En décembre 2010, des discussions informelles débouchent sur la libération, sous caution, de la direction politique de l'Ulfa. Les négociations peuvent démarrer. Reste à savoir quelle sera l'attitude des chefs de la branche militaire de l'organisation dont le soutien n'est pas garanti.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.