GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Tokyo : objectif JO 2020 pour panser les plaies du Tsunami

    media Le Premier ministre japonais (D) a rencontré le président du Comité international olympique, Jacques Rogue (C), à Tokyo, le 15 juillet 2011. REUTERS/Franck Robichon/Pool

    La ville de Tokyo, au Japon, est officiellement candidate pour l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 2020. Elle sera une concurrente sérieuse pour les villes de Madrid en Espagne et Rome en Italie déjà en compétition. Une candidature qui a valeur de symbole pour panser les plaies de tout un pays près de quatre mois après le tremblement de terre et le séisme meurtriers du 11 avril 2011 et alors que le pays connaît une grande catastrophe nucléaire.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Le gouverneur de Tokyo, Shintaro Ishihara, veut faire oublier aux Japonais le séisme et le tsunami géant, l’accident de la centrale du Fukushima, en leur offrant les Jeux Olympiques de 2020. Les Japonais souffrent d’une crise de confiance sans précédent depuis cette catastrophe naturelle et l’accident nucléaire. Il n’y a personne pour leur redonner espoir, sauf peut-être l’empereur Akihito. Et la crise politique empêche le vote par le Parlement de budgets pour la reconstruction des zones sinistrées.

    Tokyo a déjà organisé des Jeux Olympiques en 1964. Et la ville était candidate pour les JO de 2016, battue par Rio. Son projet vert, écolo, compact était meilleur que celui de Rio. Mais il y a deux ans le soutien populaire à Tokyo pour les jeux de 2016 n’était déjà pas au rendez-vous en raison d’une économie en déflation.

    Les Japonais sont-ils prêts aujourd’hui à oublier le tsunami, Fukushima ? Sans doute pas aussi longtemps que l’accident nucléaire ne sera pas résolu. La reconstruction des zones sinistrées coûtera beaucoup d’argent, sans compter le démantèlement de la centrale. La plupart des Japonais doivent penser que les jeux sont un luxe dont ils peuvent se passer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.