GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Inde le film Aarakshan provoque un tollé

    media

    En Inde, un film qui sort ce vendredi 12 août 2011 dans les salles, provoque un intense débat national. Aarakshan traite en effet d’un sujet particulièrement sensible, à savoir, la politique des quotas pour les castes inférieures. Cette version indienne de la discrimination positive, l’une des plus anciennes au monde, a été instaurée par la Constitution de 1950. Mais son efficacité est souvent contestée. Ce vendredi, trois grands Etats du pays ont interdit la diffusion de ce film, de peur de réactions violentes du public.

    Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

    Arrachage d’affiches, manifestations, le débat n’a cessé de grandir ces derniers jours, avant la sortie de ce film polémique. Aarakshan, qui signifie quotas en hindi, raconte le combat d’un directeur d’université pour améliorer la qualité de son établissement, tout en respectant la règle des quotas pour les castes inférieures. Un sujet explosif dans une Inde aux règles démocratiques et égalitaristes, mais dont la société, dans les faits, reste profondément inégalitaire.

    La règle des quotas, établie par la constitution de 1950, réserve un minimum de 22% des places des institutions publiques aux basses castes et aux membres de tribus. Un système controversé, car il n’a pas réussi à atteindre les couches les plus pauvres de la population, comme l’explique le professuer B.V. Bhosale, sociologue à l’université de Bombay.

    « Les basses castes qui vivent dans les villes ont pu bénéficier de cette politique de quota. Mais ceux qui vivent dans la campagne, et qui représentent la majorité, ne savent parfois même pas qu’elle existe. Ce sont pourtant eux les plus pauvres, et qui en auraient vraiment besoin. »

    Le réalisateur du film a fait appel auprès de la Cour suprême de l’interdiction de diffusion dans les trois Etats de l’Uttar Pradesh, Andhra Pradesh et Punjab. Trois Etats qui comprennent environ 1/4 de la population indienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.