GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pour la première fois depuis Fukushima, un réacteur nucléaire autorisé à redémarrer au Japon

    media Tokyo, le 12 août 2011. Des pêcheurs et agriculteurs de la zone de contamination de Fukushima défilent pour réclamer des compensations immédiates. 80% de la population japonaise se déclarent aujourd'hui contre le nucléaire. © Reuters/Issei Kato

    Pour la première fois depuis la catastrophe de Fukushima, un réacteur nucléaire a été autorisé à redémarrer ce mercredi 17 août 2011. L'agence du ministère de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie a indiqué que les tests pratiqués sur la centrale de Tomari, sur l'île de Hokkaido, étaient « satisfaisants ». Sur les 54 centrales japonaises, 19 ont poursuivi leur activité depuis le 11 mars 2011.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Harumi Takahashi, le gouverneur d’Hokkaido, a discuté avec les quatre municipalités concernées par la centrale de Tomari, et dit qu’il n’y a aucune objection au redémarrage du réacteur n°3.

    Son opérateur Tepco le maintenait en activité depuis l’accident de Fukushima, mais n’avait pas relancé son exploitation commerciale en raison de la soudaine décision du Premier ministre Naoto Kan de soumettre ses réacteurs à de nouveaux tests de résistance, début juillet. Ces test  imposent de nouveaux délais à leur redémarrage et l’arrêt progressif de ceux qui sont toujours en activité pourrait amener le Japon à se retrouver sans centrale nucléaire : 36 des 54 réacteurs japonais sont actuellement à l’arrêt pour des inspections de routine.

    En ces chaleurs humides étouffantes de l’été, le Japon manque d’électricité. Le nucléaire représente 30% de ses besoins. Des black-out, des coupures de courant, à Tokyo et à Osaka sont possibles.

    Pour le tout puissant Méti, le ministère de l’Économie et de l’industrie, ces interruptions de courant sont insupportables. C'est pourquoi il a choisi d'ignorer les appels du Premier ministre, Naoto Kan, en faveur d’une sortie du nucléaire. Il choisit aussi d'ignorer les sondages d’opinion : 80% des Japonais veulent sortir du nucléaire.

    Le Méti obtient le redémarrage d’un premier réacteur, un deuxième suivra.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.