GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un moine condamné à 11 ans de prison pour complicité d’immolation

    media

    Un bonze d’ethnie tibétaine a été condamné à 11 ans de prison ce lundi 29 août 2011 en Chine. L’homme a été jugé coupable d’homicide suite à l’immolation d’un autre bonze en mars dernier, dans le Sichuan au sud-ouest du pays. La mort de ce dernier avait déclenché un mouvement de protestation dans la province. Deux autres moines comparaîtront mardi pour le même chef d’inculpation.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde 

    C’est pour non assistance à personne en danger et pour avoir retardé les secours que le moine Zhong Zhou devra passer onze ans derrière les barreaux. Agé de 46 ans, le condamné n’est autre que l’oncle du moine qui est décédé quelques heures après s’être immolé. Le fait de cacher le corps brûlé de son disciple pendant onze heures en le privant de soins a entraîné la mort de ce dernier, relate l’agence Chine Nouvelle. La justice du Sichuan vient ainsi d’inventer le crime de complicité d’immolation dont devront répondre deux autres moines mardi prochain devant le même tribunal.
     
    Pour appuyer sa démonstration, le procureur a fait état d’une centaine de « preuves » confirmant l’accusation. Une version que ne partagent pas, évidemment, les accusés qui, dans la tradition bouddhiste, souhaitaient conserver le corps, craignant qu’il ne leur soit pas rendu si les policiers venaient à en prendre possession.
     
    La mort du moine Phuntsog (« Peng Cuo » en chinois) le 16 mars dernier a réveillé la colère de l’ethnie tibétaine. Le monastère de Kirti est connu comme un bastion de l’opposition au pouvoir central de Pékin. Pour la deuxième fois depuis les émeutes antichinoises de Lhassa en 2008, un moine s’immolait alors par le feu.
     
    Des barrages routiers ont été installés dans un rayon de 150 kilomètres autour du monastère bouclé par la police. Pour le procureur chinois dont les propos étaient traduits en tibétain pendant l’audience, l’acte du moine Zhong Zhou est « contraire à l’esprit bouddhiste ». 
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.