GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pékin dément avoir livré des armes au colonel Kadhafi

    media Les forces de Kadhafi auraient bénéficié de nouveaux équipements militaires de la Chine, malgré l'embargo sur les armes décrété par l'ONU © AFP/Joseph Eid

    La Chine dément ce lundi avoir vendu des armes au colonel Kadhafi comme l'affirme le quotidien canadien The Globe and Mail. Le journal a récupéré un mémo du gouvernement libyen détaillant un voyage d'affaires en Chine, le 16 juillet dernier. Les ventes d'armes à la Libye auraient continué après l'embargo décrété par l'ONU en février.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    La ligne de défense des autorités de Pékin est simple : s’il y a bien eu une visite de représentants libyens en Chine, le gouvernement chinois n’était pas au courant.

    « En juillet, le gouvernement de Kadhafi a envoyé quelqu’un en Chine à l’insu du gouvernement chinois pour prendre contact avec les sociétés intéressées », affirme la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères à l'Agence France Presse. « Les sociétés chinoises n’ont pas signé de contrat commercial et n’ont pas non plus exporté d’équipements militaires »,  précise Jiang Yu, avant d’enfoncer le clou : « Les compagnies chinoises n’ont pas fourni d’équipements militaires à la Libye, de manière directe ou indirecte ».

    Aussi affirmatifs qu’ils puissent être, ces propos sont sujets à caution au moins sur un plan : difficile d’imaginer en effet que les autorités chinoises soient restées hors de la confidence, vu que les trois sociétés citées dans le mémo libyen sont toutes sous la tutelle de l’État. 

    « Nous ne sommes pas au courant de cette affaire »,  affirme-t-on chez XinXing Import & Export Corporation, citée dans le mémo. Et, quand on insiste pour parler à un responsable, la réponse est embarrassée : « Nous ne sommes pas au courant, tous nos responsables ne sont pas là en ce moment ».

    Notre dossier spécial

    XinXing appartient au département logistique de l’Armée populaire de libération, Norinco et le groupe CPMIC (China National Precision Machinery Import & ExportCorp) mis en cause également dans le document, sont deux entreprises d’État.

    Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l'ONU avait imposé un embargo sur la vente d'armes à la Libye.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.