GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: attentat-suicide contre une église chrétienne à Solo

    media

    Une attaque-suicide perpétrée ce dimanche 25 septembre 2011 contre une église protestante de Solo dans le centre de l'île de Java en Indonésie a fait deux morts dont le poseur de bombe, ainsi qu'une quinzaine de blessés, a indiqué la police. L'attaque s'est produite à la fin du service dominical, lorsque les fidèles quittaient l'église.

    Plusieurs témoins de l'explosion, interrogés par la chaîne indonésienne d'informations en continu Metro TV, ont décrit des fidèles sortant en criant de l'église, certains ensanglantés. Près d'une vingtaine de blessés ont été transportés à l'hôpital, dont trois personnes plus sévèrement touchées. C'est peu après son admission à l'hôpital que l'un des fidèles est décédé de ses blessures.

    Les unités spéciales de la police scientifique indonésienne sont sur les lieux de l'attentat, à la recherche d'éléments permettant d'en savoir plus sur les motivations et l'identité du terroriste qui demeurent encore inconnues. L'engin explosif, qui contenait notamment selon les enquêteurs des clous et des boulons, était de faible puissance car il n'a pas endommagé la structure de l'édifice religieux.

    La présence supposée d'un kamikaze témoigne d'un mode opératoire différent de celui généralement employé par les organisations islamistes radicales indonésiennes, plus habituées à détruire les églises sans y envoyer de candidat au suicide.

    Le ministre indonésien de la sécurité, Djoko Suyanto, a déclaré que « rien ne pouvait justifier cette attaque inhumaine ».

    Bien qu'étant un Etat laïc, l'Indonésie est de par sa population le plus grand pays musulman au monde (89% des 240 millions d'habitants). Comme en témoigne une attaque menée en février dernier contre Ahmadiyah, un petit mouvement musulman, les actes de violence ne visent pas seulement les chrétiens. Même si ces derniers restent les principales victimes de violences interconfessionnelles.

    Avec notre correspondante à Jakarta, Solenn Honorine

    Il était 11h du matin, heure à laquelle les fidèles s’apprêtaient à terminer la messe du dimanche à l’église de Keputon à Solo, lorsque la bombe a explosé, portée par un homme qui s’était glissé parmi la congrégation. L’attaque a provoqué une condamnation immédiate à travers le monde politique, et dans la région de Solo, le leader d’un groupe de jeunes musulmans a promis de mobiliser ses troupes pour protéger les églises de la région d’autres attaques.

    Le dernier attentat d’ampleur en Indonésie a eu lieu à Jakarta, il y a deux ans, et visait deux grands hôtels internationaux. Depuis lors, les rangs des groupuscules islamistes issus de la Jemaah Islamiyah, déjà très affaiblis, ont été décimés par des opérations de police, les principaux responsables arrêtés. Mais il reste d’obscurs groupuscules actifs qui mènent des opérations de moindre ampleur ; il y a quelques mois, c’est une mosquée fréquentée par des policiers qui avait été visée, mais l’attaque n’avait tué que le kamikaze lui-même.

    Dans le cas d’aujourd’hui, la police indique qu’il pourrait y avoir un lien avec des affrontements religieux qui avaient eu lieu à Ambon, à l’autre bout du pays, il y a deux semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.