GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives: le président afghan Ashraf Ghani invite la population à «sortir et voter»
    • Syrie: le groupe EI libère six des 27 otages de Soueida (OSDH)
    Asie-Pacifique

    Russie : le nouveau tandem Poutine-Medvedev pour la présidentielle de 2012

    media

    Le Premier ministre russe a annoncé samedi 24 septembre sa candidature pour un nouveau mandat de président. Il n’y aura donc pas de duel avec l’actuel chef du Kremlin, Dmitri Medvedev ayant lui-même proposé la candidature de Vladimir Poutine pour les élections de mars 2012. Le programme du candidat évoque la modernisation du pays et la lutte contre la corruption, mais les investisseurs étrangers sont inquiets. La politique extérieure de la Russie pourrait se durcir à nouveau.

    L’avenir politique de la Russie semble tout tracé pour les six années à venir et peut-être même jusqu’en 2024. Au congrès du parti Russie unie, le Premier ministre Vladimir Poutine a mis fin au suspense, annonçant qu’il briguerait un nouveau mandat de président aux élections de mars 2012. Il a déjà été chef du Kremlin de 2000 à 2008 et, selon la Constitution, il peut prétendre à deux nouveaux mandats de six ans chacun.

    La mise en scène à la soviétique de cette annonce ne laisse plus aucune illusion à ceux qui avaient parié sur un duel entre Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev. C’est ce dernier, président sortant, qui a annoncé la candidature du premier devant le congrès du parti. Une proposition aussitôt acceptée par l’intéressé, sous les applaudissements des onze mille délégués présents dans la salle.

    Vladimir Poutine a proposé à son tour la candidature de Dmitri Medvedev au poste de Premier ministre. Loin de la confrontation annoncée, le duo Poutine-Medvedev montre ainsi sa volonté de s’inscrire dans la durée au sommet de l’Etat. Vladimir Poutine s’est même offert le luxe d’avouer qu’un « arrangement pour le futur » avait été trouvé il y a plusieurs années avec Dmitri Medvedev.

    Combattre la corruption pour rassurer les investisseurs étrangers

    Le plus surprenant c’est que Vladimir Poutine a repris dans son programme présidentiel les thèmes favoris de l’actuel locataire du Kremlin. Il veut moderniser le pays et demande « davantage de contrôle de la société sur la bureaucratie ». Il n’hésite pas non plus à évoquer la corruption, même s’il la cite simplement parmi d’autres sujets et n’en fait pas un thème majeur comme Dmitri Medvedev.

    L’enjeu de ce positionnement apparemment plus réformiste de celui que l’on peut appeler à la fois ex et futur président russe, c’est de rassurer les investisseurs étrangers. Trop dépendante de ses exportations de matières premières, notamment les hydrocarbures, la Russie a un besoin vital des investissements et du savoir-faire des compagnies multinationales. Or, ces entreprises sont souvent découragées par la corruption qui gangrène le pays.

    Partisan d’une position ferme face aux Etats-Unis

    Reste à savoir jusqu’où Vladimir Poutine sera prêt à aller dans les réformes à partir de sa réélection en mars 2012. Une réélection donnée pour sûre à 99%. La difficulté pour lui sera d’aller contre les intérêts des cercles du pouvoir politique et économique qui le soutiennent et qui profitent souvent de la corruption. Tous ces réseaux ont été contrariés par certaines initiatives de Dmitri Medvedev, même si elles sont restées pour la plupart lettre morte.

    En politique extérieure, le futur chef du Kremlin est partisan d’une ligne ferme face à l’Occident et surtout aux Etats-Unis. Il pourrait modifier l’approche plus consensuelle de l’actuel président, par exemple concernant l’Iran, la Syrie, ou l’intervention internationale en Libye. Mais Vladimir Poutine garde de très bonnes relations à Berlin, Paris ou Rome. Après l’annonce de sa candidature, l’Allemagne a juste « suggéré » le déploiement d’observateurs pour « le respect des normes démocratiques ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.