GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Corée du Sud fête les 1 000 ans de la plus grande «bibliothèque de bois» du monde

    media

    La Corée du Sud commémore avec fierté le millénaire de son « Tripitaka Koreana » : plus de 80 000 tablettes en bois gravées qui contiennent la collection de textes bouddhiques en idéogrammes chinois la plus complète au monde. Ce trésor unique, inscrit au Patrimoine de l’humanité de l’Unesco, a miraculeusement été épargné par les tumultes de l’histoire coréenne.

    Avec notre correspondant à Séoul

    En ce début de XIe siècle, les hordes mongoles sont aux portes du royaume de Corée. Afin d’implorer la grâce du Bouddha, le roi ordonne alors au clergé de graver le « canon bouddhique » sur plus de 80 000 tablettes de bois : des sutras qui contiennent les enseignements, préceptes et discours du Bouddha, dont le message, parti d’Inde, se propage via la Chine, la Corée, pour finalement atteindre le Japon.

    Les cavaliers mongols réussiront tout de même deux siècles plus tard à réduire en cendres la majeure partie de ces tablettes. En 1236, le roi Gojeong remet donc ses moines copistes bouddhistes à l’ouvrage. Ceux-ci gravent les 52 millions d’idéogrammes des précieux textes, sur 81 258 plaques en bois qui constituent la collection la plus ancienne et la plus complète du canon bouddhique en caractères chinois. L’alphabet coréen, avec ses rondeurs et ses angles, ne sera inventé et diffusé que des siècles plus tard.

    Un texte parfait

    « Nos ancêtres ont écrit ces textes, les ont relus, puis les ont gravés, puis les ont encore vérifiés cent fois. Il n’y a pas une seule erreur parmi ces millions de caractères, qui semblent écrits d’une seule et même main », s’enthousiasme Park Beom-sik. Ce professeur à la retraite, au sourire lumineux et à la passion communicative, accueille les visiteurs au monastère de Haeinsa, où est précieusement conservé le Tripitaka depuis le XIVe siècle.

    Les tablettes en bois ont miraculeusement échappé aux vers, aux incendies, et aux innombrables invasions mongoles, japonaises, mandchoues puis occidentales de la tumultueuse histoire coréenne. Lors de la guerre de Corée (1950-1953), alors que des soldats nord-coréens se cachaient autour du temple, l’armée américaine aurait même ordonné son bombardement. « Le colonel Kim Yeong-hwan, le pilote sud-coréen qui dirigeait l’attaque, a désobéi aux ordres. Il ne pouvait se résoudre à détruire le Tripitaka », raconte Park Beom-sik. Reconnaissants, les moines ont érigé une statue à sa mémoire.

    Un trésor à l’air libre

    La plus grande « bibliothèque de bois » du monde repose à l’air libre, dans un pavillon ouvert aux vents secs et frais des monts Gaya, qui protègent le monastère. « Il y a des années, on a tenté de les entreposer dans un bâtiment moderne, en utilisant des techniques de conservation allemandes. Mais des moisissures sont apparues », explique Park Beom-sik. Les tablettes ont illico retrouvé leurs rayonnages d’origine.

    Noircies par le temps et par l’encre, elles sont en fait des plaques d’impression : les idéogrammes sont gravés à l’envers. Une fois enduits d’encre, il suffit d’y apposer une feuille de papier pour reproduire à l’infini le message de Bouddha.

    « En Corée, nous n’avons pas beaucoup de monuments historiques. Mais nous avons un patrimoine spirituel, et le Tripitaka en fait partie », souligne Kie Cheon Lee, représentant de la province de Gyeongnam, qui organise un grand festival de plusieurs semaines pour célébrer le millénaire des tablettes. « Ce n’est pas seulement une commémoration bouddhiste, affirme-t-il. C’est un évènement culturel très important, qui permet de comprendre nos fondations spirituelles ».

    Du Tripitaka, les visiteurs n’en verront que les alignements des tranches, au travers des barreaux en bois du pavillon qui les abrite. Qu’importe : le voyage vaut plutôt pour l’atmosphère de sérénité intemporelle qui imprègne le lieu.

    Du monastère en contrebas, aux heures de prière, résonnent les mantras, ces formules chantées et répétées à l’infini pour vider l’esprit, et faire en sorte que les pensées ne se fixent sur rien. Les moines de Haeinsa pratiquent un bouddhisme de type seon, ou zen. La quête de l’éveil, sous la présence bienveillante d’un trésor désormais millénaire.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.