GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Kirghizistan pourrait revoir sa politique étrangère

    media Almazbek Atambaïev, ex-Premier ministre kirghize, est devenu le nouveau président du pays lors des élections du 30 octobre 2011. REUTERS/Vladimir Pirogov

    Almazbek Atambaïev donne d'emblée le ton. Le Kirghizistan pourrait voir sa stratégie diplomatique réorientée. A l'occasion de sa première déclaration ce mardi 1er novembre, le nouveau président élu dimanche 30 octobre a annoncé qu'il avait demandé aux Etats-Unis de fermer leur base militaire.

    « Notre pays va respecter ses engagements internationaux, mais nous avons prévenu l'ambassade américaine qu'ils devraient fermer leur base en 2014 ». Cette déclaration ce mardi d'Almazbek Atambaïev, le nouveau président kirghize élu ce dimanche 30 octobre, pourrait annoncer la fin de la présence des Etats-Unis dans le pays.

    L'armée américaine loue l'aéroport de Manas depuis 2001, l'année où a débuté son offensive en Afghanistan. La base accueille 1 200 militaires, et chaque mois des dizaines de milliers de soldats y transitent. Des soldats mais aussi du carburant. Le site est stratégique pour l'approvisionnement des avions de la coalition.

    Même si la base ferme - ce qui n'est pas encore assuré - il n'y a pas de quoi inquiéter les Etats-Unis. La date coïncide avec le calendrier de l'Otan. 2014 est l'année où la coalition a prévu de retirer ses troupes d'Afghanistan.

    Malgré tout, la déclaration d'Almazbek Atambaïev est emblématique. D'abord, parce qu'elle va dans le sens de Moscou, qui s'était clairement déclarée contre une prolongation de la présence américaine. Le président se dit plus généralement hostile à toute base militaire étrangère, même russe.

    Mais on sait que l'homme a la confiance du Kremlin. Il pourrait à terme, demander l'intégration du Kirghizistan au sein de l' « Union eurasienne », un espace économique qui rassemble les ex-républiques soviétiques du Caucase.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.