Réseaux sociaux : l’exception russe - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 06:30 TU Journal
  2. 06:43 TU Sessions d'information
  3. 07:00 TU Journal
  4. 07:10 TU Sessions d'information
  5. 07:30 TU Journal
  6. 07:40 TU Grand reportage
  7. 08:00 TU Journal
  8. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  9. 08:30 TU Journal
  10. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  11. 09:00 TU Journal
  12. 09:10 TU Priorité santé
  13. 09:30 TU Journal
  14. 09:33 TU Priorité santé
  15. 10:00 TU Journal
  16. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  17. 10:30 TU Journal
  18. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  19. 11:00 TU Journal
  20. 11:15 TU Sessions d'information
  21. 11:30 TU Journal
  22. 11:33 TU Sessions d'information
  23. 12:00 TU Journal
  24. 12:10 TU Sessions d'information
  25. 12:30 TU Journal
  1. 06:30 TU Journal
  2. 06:43 TU Sessions d'information
  3. 07:00 TU Journal
  4. 07:10 TU Sessions d'information
  5. 07:30 TU Sessions d'information
  6. 08:00 TU Journal
  7. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  8. 08:30 TU Journal
  9. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  10. 09:00 TU Journal
  11. 09:10 TU Priorité santé
  12. 09:30 TU Journal
  13. 09:33 TU Priorité santé
  14. 10:00 TU Journal
  15. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  16. 10:30 TU Journal
  17. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  18. 11:00 TU Journal
  19. 11:15 TU Sessions d'information
  20. 11:30 TU Journal
  21. 11:33 TU Sessions d'information
  22. 12:00 TU Journal
  23. 12:10 TU Grand reportage
  24. 12:30 TU Sessions d'information
  25. 13:00 TU Journal
Urgent

Ce mardi matin, RFI modifie ses programmes. «Appels sur l’actualité» et «Priorité santé» s’associent pour une émission spéciale consacrée à la plus grave épidémie de fièvre Ebola jamais enregistrée. Avec leurs invités, Claire Hédon et Juan Gomez répondront à toutes vos questions sur le diagnostic, les traitements et la prévention, entre 8h et 10h TU (10-12h, heure de Paris).

fermer

Asie-Pacifique

Facebook Internet Réseaux sociaux Russie

Réseaux sociaux : l’exception russe

media Le président russe Dmitri Medvedev a maintenant son compte sur le réseau social russe Vkontakte. Vkontakte.ru

Facebook n’est pas un phénomène mondial. Hormis les pays où la censure sévit, ce sont parfois d’autres réseaux sociaux qui persistent à faire de l’ombre à la firme californienne. En Russie par exemple, Vkontakte.ru, Odnoklassiniki.ru, Livejournal.com ou encore Yandex sont de véritables spécificités de la résistance internet russe. A la découverte de ces poupées russes d’un autre genre.

La Moscovite Alena Popova, experte en réseaux sociaux, nous explique : « 61 millions de Russes utilisent internet, dont 65% de femmes. Celles-ci ne s’attachent pas à un réseau social en particulier mais en utilisent plusieurs à la fois ». Elle souligne : « Les Russes qui sont sur Facebook sont surtout des utilisateurs urbains, issus de grandes villes comme Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg, Novossibirsk, Samara… Ils sont très souvent diplômés (informaticiens, journalistes) et très exigeants ». Le succès de Vkontakte.ru qui est nettement préféré à Facebook est surtout dû à tout le contenu illégal mis à la disposition des inscrits. De la musique et des films que l’on peut écouter, regarder et partager... »

Vkontakte.ru : un clone de Facebook à la dégaine de pirate

Vkontakte.ru, le plus populaire des réseaux sociaux russes et l’un des trois sites les plus visités en Russie, a été créé en 2006 par Pavel Dourov. Elève à Saint-Pétersbourg, il voulait créer un site exclusivement destiné aux étudiants – student.ru mais, il a choisi de se tourner vers un projet plus universel avec Facebook comme modèle.

D’ailleurs, vkontakte.ru passe souvent pour un clone de Facebook (il suffit d’aller le voir pour s’en rendre compte !) dont Dourov aurait copié le design ainsi que la structure informatique. On s’attendait même à ce que Facebook, une fois sur le marché russe (à l’été 2008), fasse un procès à Vkontakte.ru mais, celui-ci n’a jamais eu lieu et Dourov a toujours clamé son innocence en déclarant qu’il avait lui-même écrit 80% du code du site.

La presse s’est par ailleurs agitée autour de rumeurs de financement voire même de gestion de Vkontakte.ru par les services spéciaux russes. Le service de presse du site n’a jamais nié ce fait. Les médias ont même révélé que c’est en découvrant des messages sur Vkontakte.ru entre Nikita Tikhonov et sa compagne que les enquêteurs ont pu les accuser de l’assassinat de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste de la Novaya Gazeta, Anastassia Babourova.
 
Vkontakte.ru est devenu depuis un des plus grands pirates de musique et de vidéos, notamment à caractère pornographique. La Recording Industry Association of America (RIAA), une association qui défend les intérêts de l’industrie du disque aux Etats-Unis, a ainsi classé Vkontakte.ru comme  le deuxième plus grand distributeur illégal de musique (après un site chinois). Pour la petite histoire, Mevedev a depuis peu son profil sur le site.

Odnoklassiniki.ru surtout prisé par les utilisateurs de 50 ans et plus

Créé en 2006 comme Vkontakte.ru, il était le réseau social le plus populaire en Russie jusqu’en 2009. Un succès freiné en 2008 lorsque le site est devenu payant. Maintenant de nouveau gratuit, le site reste prisé par les utilisateurs de 50 ans et plus. Indifférents, voire apeurés par les multiples fonctions que leur offrent les réseaux sociaux, ils se contentent de pouvoir s’envoyer des messages et de mettre leurs photos en ligne. 
 
« Ce qu’ils cherchent ce n’est pas de faire connaissance comme c’est souvent le cas pour des sites comme Vkontakte.ru mais de trouver leurs anciens camarades de classe ou des amis qu’ils ont perdu de vue », commente Alena Popova. Odnoklassiniki.ru, qui peut être considéré comme l’équivalent de Copains d’avant, a également été soupçonné de collaborer avec le FSB (Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie) et le Service fédéral des huissiers de justice.
 
Le fondateur du site, Albert Popkov, a déclaré qu’il « ne collaborait pas avec le FSB » mais fournissait des informations concernant les utilisateurs à la demande des services spéciaux tout en conseillant aux utilisateurs de ne pas rendre publiques leurs données personnelles. En 2009, le chef du département de la gestion de mobilisation d’état-major de l’armée russe a annoncé que les bureaux de recrutement allaient chercher ceux qui se dérobent à son service militaire via Vkontakte.ru et Odnoklassiniki.ru.

« L’unique endroit où se rassemblent des représentants de la société civile russe »

Une plateforme de blogs dont les utilisateurs peuvent tenir leur propre journal et commenter ceux des autres ou créer des blogs collectifs (communautés), voici Livejournal.com. Lancé en 1999 par Brad Fitzpatrick, Livejournal est arrivé en Russie en 2000 et est devenu vers 2004 le noyau de la blogosphère russe où les gens mènent de fervents débats politiques, partagent des recettes de cuisine et des photos de vacances, font connaissance, se bagarrent, publient leurs poèmes, dénoncent l’injustice sociale ou encore ramassent des fonds pour les enfants malades.
 
Devenu un véritable média, Livejournal (que les Russes appellent « JJ » - « Jivoi journal », « un journal vivant ») est également utilisé comme tribune par des hommes politiques, à commencer par le président russe en personne jusqu’au très controversé Edouard Limonov en passant par des opposants au régime comme Boris Nemtsov ou Garry Kasparov. On y trouve également une quantité de journalistes et écrivains connus comme Zakhar Pripéline ou Leonid Parfenov qui a d’ailleurs déclaré qu’il considérait le « JJ » comme « l’unique endroit où se rassemblent des représentants de la société civile russe ».

La plateforme compte aujourd’hui plus de 5 millions d’utilisateurs en Russie, deuxième pays après les Etats-Unis. Néanmoins, la tendance est plutôt à la baisse, ce qui s’explique selon Alena Popova, par « l’accélération générale de notre rythme de vie »,  les gens préférant des messages courts et dynamiques à la Twitter plutôt que les pavés de textes de Livejournal.

Un moteur qui ne connaît pas de ratés : Yandex

Créé en 1997, Yandex, un moteur de recherche qui fait aussi portail, est aujourd'hui le deuxième moteur de recherche non anglophone le plus utilisé dans le monde (après le chinois baidu.com). Google essuie donc le rude froid sibérien russe et reste à la traîne. Premier parmi les sites du réseau russophone, Yandex propose également un système de paiement en ligne, un flux d’actualités et un large catalogue des magasins en ligne (Yandex Market). Il en existe même maintenant des versions ukrainienne, kazakhe, biélorusse et même turque. Depuis 2011, les actions du groupe sont cotées au Nasdaq de la Bourse américaine.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.