GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Birmanie: l'heure du dialogue avec les minorités ethniques

    media Le président birman Thein Sein, ici avec Ban Ki-moon le 19 novembre 2011 au sommet de l'Asean à Bali, multiplie les signes d'ouverture depuis plusieurs mois. REUTERS/Enny Nuraheni

    Après avoir envoyé des signes positifs en direction de l'opposition de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), dirigée par Aung San Suu Kyi, le gouvernement birman tente maintenant de négocier avec les minorités ethniques, en conflit avec le gouvernement central depuis plus de 60 ans. Samedi 19 novembre, plusieurs groupes armés ont rencontré un envoyé du gouvernement sur la frontière thaïlandaise : des discussions préliminaires avant, éventuellement, de parler de paix.

    En Birmanie, il n'y a pas moins de 135 minorités ethniques, et comme le dernier recensement date de 1931, il est difficile de procéder à une répartition entre tous ces groupes... L’ethnie majoritaire, les Bamar - celle des militaires qui contrôlent aujourd'hui le gouvernement civil - représenterait les deux tiers de la population. Viennent ensuite, pour les plus importants, les Shans, les Karens, les Chins et les Rakhins. Selon le quotidien birman The Irrawady, les trois premiers ont accepté samedi 19 novembre un cessez-le-feu - mais rien n'a été signé, alors que les combats s'intensifient dans l'est et le nord du pays depuis quelques mois.

    Car cela maintenant fait 60 ans que la guerre des minorités contre le gouvernement central fait rage, depuis son refus lors de l'indépendance d'honorer l'accord qui devait leur donner l'autonomie administrative. Et les organisations de défense des droits de l'homme continuent, année après année, de dénoncer les atrocités commises par l'armée birmane : tortures, viols, déplacements de populations, tueries, destructions de village, travail forcé...

    En ce moment le président Thein Sein cherche à « établir la confiance », mais il l'a encore dit samedi dernier, sa grande peur reste que ces groupes fassent sécession. Eux réclament plus de droits et d'autonomie. Et l'Occident demande toujours, avant de lever ses sanctions internationales, la fin des violences envers les minorités ethniques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.