GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Au Népal, le Premier ministre maoïste critiqué par son parti

    media Le Premier ministre Baburam Bhattarai lors de son premier discours à la nation, à Kathmandou, le 9 septembre 2011. AFP/Prakash Mathema

    Au Népal, l’Assemblée constituante élue en 2008 est sur le point de manquer l’échéance pour la rédaction d’une nouvelle Constitution, pourtant déjà repoussée à trois reprises. Parallèlement, le processus de paix continue de piétiner. Alors que les anciens rebelles maoïstes, qui dirigent la coalition au pouvoir, s’étaient engagés à rendre à leurs propriétaires les terrains qu’ils avaient saisis pendant la guerre civile à la date du 24 novembre, pas le moindre lopin n’a ainsi été restitué pour l’instant. Et tout indique qu’un tel scénario est encore loin de devenir réalité.

    Avec notre envoyé spécial à Katmandou

    Arrivé au pouvoir fin août, le nouveau Premier ministre népalais Baburam Bhattarai, numéro deux de l’ancienne guérilla maoïste, s’était formellement engagé à restituer les milliers d’hectares de terrains cultivables que son mouvement avait confisqués pendant la guerre civile, entre 1996 et 2006 afin de les redistribuer aux petits paysans.

    Un accord avait ainsi été signé avec l’opposition stipulant que ces terrains seraient rendus à leur propriétaire avant le 23 novembre. Or, à ce jour, la procédure n’a même pas été enclenchée, et tout indique que la situation n’est pas prête d’évoluer.

    « Une grande partie de notre mouvement, notamment nos organisations paysannes et les responsables locaux dans les districts, ont décidé qu’ils ne rendraient pas ces terrain. De l’autre côté nos représentants au gouvernement maintiennent qu’ils le feront. Ce dossier fait donc l’objet d’un désaccord majeur au sein du parti. Mais ce qui est clair, c’est que ces terrains ne seront pas rendus si l’Etat ne fournit pas d’alternative pour les paysans qui vivent dessus », explique un membre du comité central du Parti communiste unifié du Népal-Maoïste (UCPN-M).

    Un discours pour le moins révélateur des dissensions au sein du mouvement. Devenu pragmatique depuis qu’il est au gouvernement Baburam Bhattarai est, en effet, de plus en plus considéré comme un traitre par les membres de son propre parti, au point que certains commencent à se demander s’il a encore la moindre emprise sur ses anciens camarades de maquis.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.