GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    CAN 2019 : le Maroc bat le Cameroun 2-0 et fait un pas vers la qualification
    Asie-Pacifique

    JO de Londres : l'Inde menace de boycotter les jeux

    media

    L’Inde menace de boycotter les Jeux olympiques de 2012 à Londres pour protester contre un accord passé entre le Comité international Olympique (CIO) et un sponsor très controversé : la compagnie américaine de produits chimiques, Dow Chemical.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    A l’origine de l’extraordinaire bras de fer qui s’est engagé entre l’Inde et le président des JO 2012 Lord Sebastian Coe, une gigantesque bannière publicitaire qui doit entourer le haut du stade olympique de Stratford et que s’est payé Dow Chemical pour quelque huit millions d’euros.

    Or la compagnie Dow Chemical est devenue la bête noire de l’Inde depuis qu’elle a repris une autre entreprise américaine, Union Carbide, responsable de l’une des plus grandes catastrophes environnementales à Bhopal en 1984 qui a fait des dizaines de milliers de morts.

    L’Inde estime inadmissible que Dow Chemical puisse promouvoir cette bannière comme un produit écologique alors même que l’entreprise est toujours en procès sur la question de l’indemnisation des victimes et du nettoyage du site de Bhopal.

    Et Sebastian Coe a beau faire valoir que Dow Chemical n’a racheté Union Carbide qu’en 2001, 17 ans après la catastrophe, l’Association indienne Olympique vient de lui lancer un ultimatum : si dans une semaine le contrat n’a pas été annulé, elle vote le boycott des jeux.

    L’absence de l’Inde serait une profonde source d’embarras pour Londres car si ses athlètes ne sont pas parmi les favoris des JO, le pays est un partenaire économique et culturel de premier plan pour la Grande-Bretagne.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.