GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Asie-Pacifique

    A la Une : les manifestations en Russie

    Tous les jours, la revue de la presse chinoise préparée par le bureau de RFI à Pékin. Ce jeudi, pour les médias officiels, les manifestations de Moscou ne constituent pas « une victoire de l’Occident ».

    Au moins on sait d’où vient le message. L’éditorial du Huanqiu Shibao est repris ce jeudi dans son intégralité par le Quotidien du Peuple. Preuve qu’il reflète un avis tout ce qu’il y a de plus officiel : « Le vieil ours ne danse pas sur les airs occidentaux », tonne le titre du quotidien nationaliste.

    « Printemps russe »

    Le Huanqiu Shibao revient ainsi sur ces trois jours de manifestations qui ont suivi les élections parlementaires en Russie, marquées par des accusations de fraudes massives. Est-ce qu’on assiste à « Printemps russe » se demande le journal ? Mercredi soir près de la place du Triomphe dans la capitale russe, 70 personnes ont été arrêtées selon l'opposition. À Saint-Pétersbourg, la manifestation sur la perspective Nevski, s'est également soldée par 100 interpellations.

    Mais les protestataires sont déterminées à poursuivre le mouvement. « Ce scénario est semblable à la phrase initiale du printemps arabe, où le mouvement révolutionnaire a été déclenché par les petits protestations. Il est difficile de prédire l’issue de la manifestation en cours, mais tout est possible », constate l’éditorialiste du Huanqiu Shibao.

    Avant de restreindre immédiatement le champ des possibles dans les lignes qui suivent : « Il va être beaucoup plus difficile pour Vladimir Poutine de résister aux défis qui se présentent, mais il ne s’agit pas d’une victoire pour l'Occident. La Russie décidera de son avenir en fonction de ses propres intérêts. Poutine conserve son autorité notamment parce qu’il a sauvé la Russie du chaos lorsque l'URSS s'est désintégrée il y a deux décennies ».

    L’agence Xinhua était encore plus catégorique hier : « Il semble inéluctable que Russie unie, dirigé par le Premier ministre Vladimir Poutine, a remporté les élections à la Douma. Malheureusement, la "déesse de la démocratie" occidentale n’a jamais voulu se rendre sur le sol russe, estime Chine Nouvelle. Au contraire, le peuple russe a reçu (…) le mépris et même l’hostilité du monde occidental. (…) L'élection de la Russie est ainsi simplement conforme à ses propres intérêts ».

    « Les intérêts russes sont dominés par une combinaison de la géopolitique, la culture et de l'ambition, se rassurent dans le même souffle ce jeudi le Huanqiu Shibao et le Quotidien du Peuple. Les différences et même l'hostilité entre l'Occident et la Russie vont persister si ces intérêts se contredisent, peu importe qui siège au Kremlin ».

    Cages à belettes sur le tracé du TGV

    La guerre aux indemnisations se poursuit sur les chantiers du TGV en Chine. Là ou passent les trains rapides, les expropriés obtiennent parfois très difficilement les compensations qu’ils estiment devoir recevoir après avoir été expulsés de leur terrain. Mais d’autres, au contraire, en profitent.

    C’est ce que raconte l’hebdomadaire Shidai Zhoubao après s’être rendu dans la ville de Pulandian dans la province du Liaoning (Nord) où visiblement certains ont senti le vent des puissantes motrices arrivé. Une fausse ferme d’élevages de 500 mètres carrés a ainsi été découverte ainsi que des habitations sur un terrain ou devait passer les trains.

    Ces bâtiments ont été réalité ont été bâtis en moins d’une vingtaine de jours. Objectif : toucher les indemnités à l’arrivée des pelleteuses ! C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, puisque les propriétaires ont perçu près de 4 millions de yuan de dédommagements. Une imposture qui a mis en colère une bonne partie de la ville.

    La centaine de cages de l’élevage de martres avaient en réalité toutes été louées assure aujourd’hui le Shidai Zhoubao. Le pelage chocolat du petit animal qui termine ici souvent sur le pinceau des calligraphes était en réalité destiné à donner le change. Seuls sept mammifères ont été présentés le jour de l’inspection. Les faux propriétaires sont pour la plupart des fonctionnaires du gouvernement local qui du fait de leurs fonctions étaient forcement informés de l’arrivée du chantier.

    Huang Nubo repart à l’assaut de l’Islande

    Il ne voulait plus entendre parler de l’Islande, il a finalement changé d’avis Huang Nubo. Le président du groupe Zhongkun qui avait vu son offre d’achat de terrains refusé par Reykjavik affirme avoir toujours des projets touristiques dans l’île selon le Diyi Caijing Ribao.

    Le milliardaire chinois qui comptait acheter plus de 300 km2 de terres pour y bâtir un parc touristique se dit victime de la querelle entre les partis politiques en Islande. Le refus a été formulé par le ministère de l’Intérieur d’Islande. Huang Nubo affirme qu’il a pris contact avec les ministères du Tourisme et de l’Industrie. Le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède auraient laissé entrevoir qu’un projet identique était possible chez eux. « Mais l’Islande, affirme la 161ème fortune de Chine, est irremplaçable. Le terrain est à 90% stérile, les paysans nous accueillent a bras ouverts poursuit le promoteur ».

    Noël plombé

    L’enquête de Greenpeace Chine sur les jouets toxiques est à lire dans les pages du South China Morning Post ce matin. Selon le rapport de l’organisation écologique publié hier à Hong-Kong, près d'un tiers des jouets made in China contiennent des métaux lourds. Environ 10% des peluches, poupées et autres trains électriques auraient une teneur en plomb dépassant les normes nationales de sécurité.

    Les enquêteurs de Greenpeace ont acheté des jouets à Hong Kong et dans quatre grandes mégalopoles sur le continent -Beijing, Shanghai, Guangzhou et Wuhan. Au total, 500 échantillons ont été récoltés et analysés. Un hochet pour nourrisson a reçu la palme de la toxicité avec des taux de plombs 200 fois supérieurs aux normes sanitaires chinoises, et 1 300 fois supérieurs aux normes américaines.

    « Ces jouets peuvent potentiellement contaminés les enfants, non seulement lorsqu'ils sont mâchés ou manipulés mais également par les particules dégagées lorsque leurs jeunes propriétaires les respirent », a indiqué l’un des porte-parole de l’organisation qui souligne dans le même temps les progrès réalisés : « Près de 70% des échantillons, ne contiennent pas de métaux lourds ce qui prouve que l'industrie est aussi capable de fabriquer des jouets sûrs ».

    Pollution encore mais dans l’air que les Pékinois respirent. Les écoles de la capitale chinoise ont reçu pour consigne de suspendre les cours d’éducations physiques les jours de brouillard explique le Xinjing bao. Les Nouvelles de Pékin suivent désormais en feuilleton les rebondissements autour des mesures de la pollution dans la capitale. De nombreux parents d’élèves ont demandé l’arrêt des cours de sport affirme le quotidien, mais certaines écoles refusent de modifier leurs programmes.

    Tour infernale

    C’est une véritable tour infernale qui est en photo dans le China Daily. Le gratte-ciel est situé à Taizhou dans la province côtière du Zhejiang. Il a finalement été démoli mais les résidents qui venaient d’y emménager ont eu droit à une grosse frayeur. A peine le temps d’ouvrir les grandes baies vitrées face à la mer de chine orientale. « J'ai entendu plusieurs grands bruits. Cela faisait comme des explosions, raconte l’une des résidente. C'était vraiment effrayant. Et puis on nous a dit que l'un des piliers qui soutenait la tour en sous-sol venait de craquer ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.