GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    1000ème manifestation des «femmes de réconfort» de l’armée impériale japonaise

    media La manifestation de femmes de réconfort ici devant l'ambassade du Japon à Londres en novembre 2007. Cate Gillon/Getty Images

    Des femmes coréennes, obligées de travailler comme prostituées pour l’armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, se sont rassemblées pour la millième fois devant l’ambassade du Japon à Seoul. Tous les mercredis depuis 20 ans, ces femmes aujourd’hui très âgées manifestent pour demander au gouvernement japonais de reconnaître formellement ses responsabilités et d’indemniser les victimes, ce que Tokyo a toujours refusé.

    Avec notre correspondant à Seoul, Frédéric Ojardias

    « Grands-mères, nous vous aimons. S’il vous plaît, restez en bonne santé », crient les manifestants, venus malgré le froid polaire devant l’ambassade du Japon à Séoul. Kim Duck-jin est un militant des droits de l’homme. « C’est un jour très important. C’est pourquoi tellement de gens sont venus ! Nous devons montrer aux « grands-mères » que nous ne les oublions pas ».

    Les « grands-mères », ce sont les dernières femmes de réconfort survivantes. Une vingtaine sont venues, emmitouflées dans d’épaisses couvertures, et assises devant la tribune où se relaient les orateurs : artistes, militants, politiciens. « Le Japon devrait avoir honte », lance cette directrice d’association. Eun-ji, 30 ans, explique pourquoi elle est venue. «Je veux juste que [les Japonais] reconnaissent leurs crimes de guerre ! Parce qu’ils ne l’ont jamais fait, au contraire de l’Allemagne. Hélas, je pense qu’ils se contentent d’attendre que toutes ces femmes décèdent ».

    Jeonah Kim a travaillé comme bénévole pendant cinq ans dans un refuge d’anciennes femmes de réconfort. « [Cette manifestation] est bien sûr un symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes. Parce que ces violences ont toujours lieu aujourd’hui, dans ce pays et dans le monde. C’est cela qui est vraiment important. Cela dépasse la question de l’ambassade du Japon et des excuses ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.