GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    A la Une : La « victoire » de Wukan

    Tous les jours, la revue de la presse chinoise préparée par le bureau de RFI à Pékin.

    La « victoire » des manifestants de Wukan est célébrée jusque dans les pages du Quotidien du Peuple. Selon l'organe du Parti communiste chinois, « les revendications légitimes du peuple de Wukan n'ont pas été suffisamment prises en considération ». Le Guangzhou Ribao salut sous sa photo de manchette « les villageois (qui) accueillent l’équipe des enquêteurs de la province du Guangdong ». Les barrages de branches d'arbres installés aux entrées du bourg il y a dix jours et qui ont fait la Une des magazines du monde entier ont été démantelés. Les villageois montrent fièrement au journaliste du quotidien de Canton le message que leur a envoyé le gouvernement local. Un message où les autorités reconnaissent leurs torts : « Les demandes des villageois sont légitimes et leurs actions sont compréhensible. ».

    Les « bandits » sont devenus des « victimes »
     
    Ce règlement pacifique des émeutes qui ont secoué pendant plusieurs semaines ce village de l'une des provinces parmi les plus riches de Chine vaut l'applaudissement général des éditorialistes depuis le libéral Xinjinbao jusqu'au nationaliste Huanqiu Shibao. Les autorités locales ont reconnu leurs erreurs et acceptent de revoir les compensations offertes suites aux expropriations. Et surtout, pour une fois ce n'est pas la force qui a eu raison du problème mais bien un des négociations dans un cadre judiciaire. C'est parce que l'état de droit n'est pas suffisamment solide en Chine que le peuple a recours aux pétitions et aux manifestations. « La Chine a accumulé une expérience précieuse dans le développement de son économie, mais son expérience de la gestion sociale est relativement faible », euphémise le Huanqiu Shibao.
     
    Les internautes eux jubilent dans des termes moins politiquement correctes. « En quelques semaines, les villageois qui étaient des "bandits" sont devenus des "victimes" et leur "provocations" sont devenus des "revendications légitimes" », note un certain Lajiang. Certains y voient même le début d'une nouvelle ère : « Si le gouvernement du Guangdong tient ses engagements alors ce sera un tournant », écrit un autre weibonaute. Et ce qu'on appelle désormais l'affaire Wukan doit être « un exemple de communication entre le peuple et les autorités », affirme enfin celui qui répond au pseudo de « Fang Li ». Et ce dernier de conclure : « Les officiels responsables doivent être jugés par un tribunal. ».
     
    PM 2.5, pas avant 5 ans !
     
    « Le ministère chinois de la Protection de l'environnement publie l'agenda des PM2.5 », titre le Zhongguo Zhengquanbao. L’information semble alléchante dite comme ça. Ces microparticules ont en effet animées le débat pendant tout le mois de novembre. Les PM 2.5 n’étant pas prises en compte par le bureau de l’environnement dans ses estimations de la qualité de l’air dans les grandes villes. Or ce sont bien ces microparticules issues des gaz d’échappements qui seraient les plus dangereuses pour la santé.
     
    Les autorités vont donc les publier tout de suite ? Et bien non, il faudra pour cela en passer par quatre étapes explique le quotidien : « L’année prochaine, les agglomérations directement subordonnées à l’autorité centrale telles que Pékin, Shanghai, Tianjin,  et Chongqing, les chefs-lieux de province devraient commencer à contrôler les PM2.5. En 2013, on devrait passer à 113 villes. En 2015, toutes les villes préfectures seront concernées. En 2016, la norme PM 2.5 sera ficée et on pourra publier les résultats », affirme Zhou Shengxian, le ministre de la Protection de l’environnement chinois.
     
    Selon le directeur du bureau de la Protection de l’environnement des appareils ont déjà été achetés et la formation des personnels a commencé : « Il y a trois façons de contrôler les PM2.5 », indique ce dernier au Jinghua Shibao. « La station centrale de contrôle de l’environnement va comparer ces trois méthodes. ». « Maintenant, la plus grande difficulté, c’est l’argent, poursuit le directeur du département des mesures du ministère. Un appareil coûte entre 80 000 yuans et 380 000 yuans. Il faudra investir plus de 2 milliards yuans pour toutes les villes de préfecture. »
     
    « L’opinion publique ne peut remplacer la vraie expertise », conclut là encore le Huanqiu Shibao. L’opinion qui après s’être beaucoup mobilisée attendait des pouvoirs publics autre chose que des redites et demandait justement ce que l’agenda de la publication des PM 2.5 soit réduit justement.
     
    Corée du Nord
     
    La presse chinoise ne se pose pas de question avec la Corée du Nord ou en tout cas n’en fait pas part à ces lecteurs. La plupart de vos journaux relatent ainsi les condoléances présentées par les dirigeants chinois suite à la mort de Kim Jong-il. Seul le Beijing news se permet une pointe d’ironie en notamment l’embarras des services secrets sud-coréens et japonais qui ont appris la mort du leader nord-coréen comme tout le monde, par la presse. 
      
    TGV arrêtés
     
    Une vingtaine de lignes à grande vitesse ont été suspendues pour des raisons de sécurité explique le Jingjubaodao. D’après une source anonyme citée par le journal, suite à la collision entre deux trains rapides le 23 juillet dernier, le Conseil d’Etat a demandé une évalution de la sécurité sur l’ensemble du réseau. 24 projets sont aujourd’hui suspendus, dont les lignes Chongching-Wanzhou et Chengdu-Yaan. Certaines de ces lignes devaient traverser des régions où les tremblements de terre et les éboulements de terrains sont fréquents. Ces suspensions viennent s’ajouter au près de 5 000 kilomètres de lignes rapides déjà arrêtées pour des motifs économiques.
     
    Charettes scolaires
     
    Après les bus scolaires, c’est une charette tirée par des chevaux et transportant des enfants de maternelle qui a été renversée par une camion. La collision a fait deux morts et une vingtaine de blessés rapporte le site d’information du Yunnan. L’accident s’est produit hier à 12h45 au village de Beiqiu dans cette province du sud du pays. La charette transportait 25 élèves enfants. Le cheval est un moyen de transport courant pour les écoles de la région. Certains les appellent même les « taxis cheval ». Et il y a, dit le site, de nombreux accidents.
    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.