GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    Asie-Pacifique

    Chine: les internautes contraignent la mairie de Pékin à mieux mesurer la pollution

    media Vue aérienne de Pékin obscurcie par la pollution, le 28 juin 2011. Getty Images/Melanie Stetson Freeman

    La municipalité de Pékin a annoncé vendredi 6 janvier 2012 qu'elle allait enfin prendre en compte un système américain permettant de mesurer la concentration des particules en suspension dans l'air. Un système qui se trouve être beaucoup plus précis que celui employé jusqu'à présent, et que les Pékinois réclamaient depuis des mois.

    Une fois de plus, ce sont les internautes qui ont tout déclenché. A la fin de l'année dernière, un smog de plus en plus visible s'est régulièrement concentré sur la capitale. Et pendant que les officiels chinois parlaient de « pollution faible », tout au plus, l'ambassade des Etats-Unis twittait consciencieusement toutes les heures des niveaux de pollution accablants.

    Car la Chine ne mesure que les concentrations de grosses particules, à partir de dix microns de diamètres, alors que ce sont celles de deux microns et demi qui sont considérées comme les plus dangereuses.

    Début décembre, des millions d'internautes chinois ont donc demandé l'adoption du mode de mesure américain ; et aujourd'hui, Pékin promet. Mais si ces mesures deviennent réalistes, elles vont crever le plafond. Et dans le reste du pays, les autorités font déjà face à des émeutes de la pollution.

    Le gouvernement donne donc des gages de bonne volonté. Il y a quelques semaines, il a demandé aux autorités locales de réduire « les pollutions majeures » de 10% d'ici 2015 - sachant que, déjà, ces fameuses centrales thermiques qui produisent 70% de l'électricité du pays, mais en font le plus gros consommateur de charbon au monde, doivent être remplacées à terme par des centrales nucléaires ou au gaz naturel.

    Selon les spécialistes, il faudrait quand même 20 à 30 ans avant que la situation ne s'améliore...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.