GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial 2018: le Nigeria bat l’Islande (2-0) dans le groupe D de l’Argentine et se relance pour la qualification en huitièmes de finale
    Dernières infos
    • Manifestations au Nicaragua: le bilan monte à 212 morts (CIDH)
    • Mondial 2018: le Brésil s'impose, avec deux buts dans les arrêts de jeu, face au Costa Rica 2-0
    • Pétrole: L'Opep «unanime» pour une augmentation «d'environ un million de barils par jour» (ministre saoudien)
    Asie-Pacifique

    Japon: le suicide comme empreinte de l’après-Fukushima

    media

    Il y a un an, le nord-est du Japon sombrait dans un indescriptible chaos. Un séisme doublé d’un tsunami qui auront fait plus de 19 000 morts et provoqué la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl, celle de Fukushima. De quoi ébranler la société japonaise toute entière, à tel point que le pays a connu l'an passé une hausse spectaculaire du nombre de suicides.

    Avec notre envoyé spécial à Ishinomaki, Frédéric Charles

    L’accident nucléaire de Fukushima n’a causé aucun mort. Mais depuis le tsunami, le stress dû à la perte de proches, à l’absence de toute perspective d’avenir, la promiscuité dans des habitations temporaires, le chômage, poussent au suicide des survivants de la vague géante des réfugiés du nucléaire.

    Ce sont surtout des hommes jeunes – dans la trentaine – des personnes très âgées, qui mettent fin à leurs jours. « Un sentiment d’anxiété s’est répandu dans toute la société japonaise depuis la catastrophe », observe un responsable du gouvernement japonais.

    Dans les zones sinistrées, la région proche de la centrale de Fukushima, il y a très peu de psychologues capables de venir en aide aux personnes les plus angoissées. On trouve quelques moines dans des temples, pour apporter un minimum de soutien moral.

    Pour certains, l’alcool aide à rendre moins douloureuse sa solitude. Enfin, jusqu’à un certain point.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.