GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Chine, Wen Jiabao veut briser le monopole des banques

    media A Pékin, des piétons passent devant le bâtiment de la Banque de Chine, le 28 avril 2011. REUTERS/David Gray

    Le Premier ministre chinois s'élève contre le monopole des banques en Chine. Dans des propos rapportés par la radio nationale chinoise ce mercredi 4 avril, Wen Jiabao s’en est pris aux entraves financières qui empêchent le développement des petites et moyennes entreprises. Un discours qui va contre un modèle chinois qui s’est longtemps appuyé sur les grandes banques pour financer de grands travaux d’infrastructures.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Ces propos de Wen Jiabao contre le système bancaire sont dans la droite ligne de la réforme annoncée voici quelques jours par le Conseil d’Etat à Wenzhou. Asphyxiée par le manque de prêts, la vitrine du capitalisme à la chinoise sur la côte est est devenue le symbole de cette crise de financement dont souffre l’ensemble des PME du pays. Il faut libéraliser le crédit répète aujourd’hui le Premier ministre chinois et la réforme doit s’appliquer à l’échelon national.

    Un discours qui intervient également au lendemain du bilan dressé par la Banque de Chine. Les cinq plus grandes banques du pays (construction, transports, agriculture, commerce) vont bien, merci pour elles ! Elles ont dégagé 680 milliards de yuans de bénéfices en 2011, soit 1,8 million de yuans par jour. Un « monopole » dont il faut sortir, poursuit le Premier ministre chinois alors que jusqu’à présent les choses étaient simples : Les banques prêtaient essentiellement aux grandes entreprises d’Etat pour financer les travaux d’infrastructures.

    Un système de prêts garantis par l’Etat qui a permis de construire des villes et réaliser des milliers de kilomètres de routes à une vitesse TGV mais qui a aussi contribué à l’endettement des collectivités locales, d'ailleurs montré du doigt par la Banque mondiale dans son rapport du 27 février dernier.

    Guerre à la spéculation, guerre au marché noir du crédit et guerre au monopole, ces propos de Wen Jiabao s’inscrivent enfin et surtout dans le cadre de la lente mutation initiée par le douzième plan quinquennal, vers un changement du modèle de croissance chinois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.