GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: Neymar annonce qu'il reste au Paris Saint-Germain
    Asie-Pacifique

    Rencontre historique entre le président de la Birmanie et les rebelles Karens

    media Le président Thein Sein (G), serrant les mains des représentants de l’Union nationale Karen (KNU) à Naypyitaw, le 7 avril 2012. REUTERS/Stringer

    Le président Thein Sein a reçu ce samedi 7 avril à Naypyidaw, la capitale de la Birmanie, les rebelles de la minorité ethnique des Karens. Une rencontre considérée comme historique, alors que le régime tente de mettre fin à l'un des plus vieux conflits du monde. Cette rencontre intervient la veille de la consolidation du cessez-le-feu signé en janvier dernier entre l’un des groupes rebelles les plus puissants avec des ministres du gouvernement.

    Après avoir organisé les premières élections démocratiques en Birmanie, les généraux birmans, toujours au pouvoir, tentent de pacifier le pays. Un avion spécialement affrété a transporté six dirigeants de l'Union nationale karen (KNU) à Naypyidaw, la capitale du pays où ils ont discuté avec le chef de l'Etat pendant une heure et demie.

    Il s’agissait de consolider le fragile cessez-le-feu signé en janvier, et de convaincre que les efforts de paix de la junte sont sincères. Un tiers des Birmans appartenant à des minorités ethniques est en rébellion contre le pouvoir central depuis l’indépendance en 1948. La guérilla karen a été une des plus redoutables, et des dizaines de milliers de Karens ont du fuir pour se refugier en Thaïlande.

    L'accord de cessez-le-feu envisage le retour des populations déplacées, le déminage de la région, et la présence d’observateurs internationaux pour garantir la paix. Le président birman se dit prêt également à envisager la libération de prisonniers sur la base d'une liste « fournie par l’Union nationale karen ». Un membre du comité central de l'organisation a déjà été amnistié juste après avoir été condamné à 20 ans de prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.