GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine : Bo Xilai exclu des instances dirigeantes du Parti

    media Bo Xilai foi demitido do partido comunista chinês. REUTERS/Jason Lee/Files

    Ce ne sont plus des accusations, c’est une véritable disgrâce. Bo Xilai a été exclu ce mardi 10 avril des instances dirigeantes du Parti communiste chinois, a annoncé Chine Nouvelle. L’agence officielle affirme ce soir que cet ancien potentat du régime est accusé de « sérieuses violations de la discipline ». Et il n'est pas le seul. Son épouse est désormais officiellement suspectée du meurtre d’un homme d’affaires britannique.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Ces quelques lignes à la nuit tombée sont aussi tranchantes qu’un couperet. Deux dépêches de Xinhua viennent en effet ce mardi soir mettre un terme définitif à la carrière de celui qui affirmait encore récemment être « invirable » parce que communiste.

    Non seulement l’ancien chef du PC de Chongqing est accusé de ne pas avoir respecté la discipline, mais on apprend aussi ce soir que son épouse et son fils ont été transférés devant la justice. Bogu Kailai, la femme de Bo, étant en effet officiellement soupçonnée du meurtre de Neil Heywood, un homme d’affaires britannique retrouvé mort dans un hôtel de la « ville rouge » l’an passé.

    C’est ici le dernier acte d’une tragédie entamée lors de la fuite du chef de la police de Chongqing en février dernier. L’homme s’était alors réfugié dans un consulat des Etats-Unis dans l’ouest de la Chine où il avait remis des documents aux diplomates américains, et très probablement les preuves d’une implication du clan Bo Xilai dans la mort de l’homme d’affaires britannique.

    Un dernier acte, mais avec probablement des épilogues, ce que veulent à tout prix éviter les autorités. Après avoir été démis de ses fonctions régionales, Bo Xilai est donc suspendu non seulement du Comité central mais aussi du Politburo, le saint des saints du Parti.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.