Chine: les autorités tentent d’étouffer les «rumeurs» du Net - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 12:10 TU Sessions d'information
  2. 12:30 TU Journal
  3. 12:33 TU Sessions d'information
  4. 12:40 TU Orient hebdo
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Si loin si proche
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Si loin si proche
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  21. 17:00 TU Journal
  22. 17:10 TU Sessions d'information
  23. 17:30 TU Journal
  24. 17:33 TU Sessions d'information
  25. 17:40 TU Afrique presse
  1. 12:10 TU Afrique presse
  2. 12:30 TU Sessions d'information
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU La marche du monde
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU La marche du monde
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Atelier des médias
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Atelier des médias
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Si loin si proche
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Si loin si proche
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  23. 18:00 TU Journal
  24. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  25. 18:30 TU Journal
Urgent

Contactée par RFI, Chantal Compaoré était surprise que les médias soient informés du lieu de leur refuge. Après un conciliabule, l'ancienne première dame confirme: «Le président et moi sommes bien à Yamoussoukro». «Tout va bien», poursuit-elle, avant d'ajouter que Blaise Compaoré et elle-même ne souhaitaient pas faire de commentaire «pour le moment».

Dernières infos

fermer

Asie-Pacifique

Chine Industrie Internet médias Réseaux sociaux

Chine: les autorités tentent d’étouffer les «rumeurs» du Net

media

La censure sur Internet se durcit en Chine. 42 sites ont été fermés depuis la mi-mars et plus de 200 000 messages ont été effacés, indique l’agence Chine Nouvelle ce jeudi 12 avril. Officiellement, il s’agit de lutter contre les rumeurs qualifiées de « tumeurs malignes » des réseaux sociaux. Il s’agit aussi et surtout d’étouffer les commentaires qui embrasent la toile depuis l’éviction d’un haut dignitaire du régime, le charismatique Bo Xilai.

De notre correspondant à Pékin,

Au pays de la presse harmonisée, la moindre turbulence sur Internet est interprétée comme un signe de grande nervosité des autorités. 10h40 ce jeudi 12 avril au matin, les Weibos –réseaux sociaux- s’embrasent. La plupart des sites étrangers ne sont plus accessibles. Les boîtes emails Yahoo, Gmail et Hotmail ne fonctionnent plus. Les spéculations les plus folles courent sur la Toile. Certains évoquent alors une coupure en prévision du départ de la fusée nord-coréenne, d’autres un black-out décidé au sommet de l’Etat, d’autres encore une « opération de maintenance » sur le portail de China Télécom. RFI a tenté de joindre l’entreprise à 5 reprises et à 5 reprises on nous raccroche au nez ! Impossible donc de dire ce qui s’est passé exactement.

Restrictions et révélations

Seule chose certaine, depuis maintenant un mois les pressions se multiplient sur les principaux opérateurs. Après la fermeture des commentaires sur Weibos lors des trois jours de la fête des morts début avril, le gouvernement a cherché à étouffer la polémique en annonçant officiellement l’exclusion des instances dirigeantes de l’un de ses membres les plus charismatiques. Une éviction doublée de révélations sur la femme de Bo Xilai soupçonnée « d’homicide volontaire » dans la mort d’un homme d’affaires britannique.

Ces soupçons ont d’abord fuité dans le Wall Street Journal qui, on le sait maintenant, tenait ses informations de sources au sein du pouvoir central. Le Wall Street Journal qui a toutefois attendu la dépêche officielle pour pouvoir dérouler le récit des heures ayant précédé la mort du Britannique dans l’édition de ce jeudi 12 avril. Le gouvernement central s’est vite rendu compte que ces révélations ne pouvaient « arrêter le déluge », comme l’a expliqué dès mercredi le China Real Time. La dépêche de Chine Nouvelle annonçant l’éviction de Bo Xilai a en effet été repostée 50 000 fois dans les quinze minutes qui ont suivi sa publication.

210 000 messages effacés

La preuve encore que l’on n’interrompt pas si facilement une conversation entre 300 millions de micro blogueurs : depuis deux jours, les internautes redoublent de questions sur ce scandale politique qui secoue l’appareil d’Etat. D’où le nouveau rappel à l’ordre de l’éditorialiste de Xinhua ce jeudi : « La liberté de parole ne nous protège pas de la rumeur », titre l’agence officielle avant de dresser le bilan du ménage réalisé ces derniers jours par les cybercenseurs. Depuis la mi-mars, 42 sites ont été fermés, 210 000 messages ont été effacés. Des chiffres qui s’ajoutent aux 1 000 personnes arrêtées depuis le mois de février et aux 3 000 sites rappelés à l’ordre pour propagation de « fausses nouvelles ». Une reprise en main de plus en plus difficile avec ce caillou dans la chaussure qui a fini par déformer la marche du Parti. Le caillou, ce sont les « rumeurs » sur Internet justement, qui notamment sur ce dossier Bo Xilai, ont dit juste, et ce, bien avant les médias officiels.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.