GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Gilets jaunes»: l'A6 fermée à la frontière du Rhône par précaution
    • Suivez en direct notre liveblog RFI «"gilets jaunes", acte V: la journée du 15 décembre en continu»
    Asie-Pacifique

    Les députés birmans refusent de prêter serment à la Constitution

    media

    Grand dilemme au sein du parti de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, à onze jours de la session parlementaire qui marquera l'entrée historique au Parlement des députés issus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Fort de leur victoire aux législatives partielles du 1er avril 2012, les 43 députés sont confrontés à un choix politique délicat qui risque de provoquer une crise constitutionnelle.

    Avant de siéger au Parlement le 23 avril 2012, les députés nouvellement élus de la LND devront prêter serment sur la Constitution birmane, et promettre qu'ils en seront les garants. Et c'est cette deuxième partie du serment que les membres de l'opposition veulent voir supprimée.

    Car la Constitution de 2008, rédigée par la junte alors à la tête du pays, arroge des pouvoirs immenses aux militaires. Elle leur garantit 25% des sièges au Parlement. La LND ne devrait se contenter quant à elle que de 6,4% des sièges, correspondant aux 43 sièges sur les 44 à pourvoir.

    Le dilemme autour de la prestation de serment est d'autant plus fort que la réforme de la Constitution fait partie des priorités d'Aung San Suu Kyi et de son parti. On ignore ce que les membres de l'opposition décideront le 23 avril, et si le régime acceptera d'amender le passage controversé. Un refus des deux parties risquerait d'entraîner une crise constitutionnelle, qui porterait préjudice aux prémices du processus démocratique en cours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.