GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie : Barack Obama lève certaines restrictions aux investissements

    media La décision de Barack Obama vise notamment à permettre aux investisseurs américains de maintenir leur position en Birmanie DR

    Le président américain Barack Obama a décidé jeudi 17 mai de lever certaines restrictions aux investissements en Birmanie, tout en maintenant le cadre juridique des sanctions. Washington a donc choisi de ne pas emboîter le pas à l'Union européenne qui a suspendu en avril dernier les sanctions à l'encontre de Rangoon pour une durée d'un an.

    L'administration américaine opte donc pour la prudence, dans l'attente de progrès significatifs du gouvernement birman. « Les réformes engagées sont encore à l'état embryonnaire », estime le président américain. Son inquiétude demeure notamment sur la question des prisonniers politiques, les conflits en cours et les violations des droits de l'homme dans certaines zones ethniques.

    Il est vrai que l'opposante birmane Aung San Suu Kyi avait mis en garde mercredi 16 mai, lors d'une vidéo-conférence avec Washington, contre l'excès d'optimisme. Elle avait ajouté que le processus démocratique n'était pas « irréversible ». Le message a été parfaitement reçu par le président américain qui maintient les sanctions en vigueur. Il autorise toutefois certains types d'investissement dans les services financiers, pour permettre aux entreprises de faire des affaires en Birmanie.

    Il s'agit certainement là d'une manière d'encourager Rangoon à poursuivre sa transition démocratique. Mais aussi de répondre aux attentes de nombreux investisseurs américains qui craignent de perdre leur place sur un marché aussi convoité qu'est la Birmanie, au profit de leurs concurrents asiatiques et européens.

    Obama a également nommé jeudi 17 mai un ambassadeur en Birmanie, Derek Mitchell. Spécialiste de l'Asie, celui-ci a oeuvré l'an dernier au rapprochement américano-birman. Si sa nomination est confirmé par le Sénat, il deviendra le premier diplomate américain à ce poste depuis 1988.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.