GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien : vers une réelle coopération avec l'AIEA?

    media Le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano à son retour de Téhéran, à Vienne, le 20 mai 2012. REUTERS/Leonhard Foeger

    L’Agence internationale de l’énergie atomique est sur le point de finaliser un accord avec l’Iran pour avoir accès à un nombre plus important de sites suspectés d’abriter un programme nucléaire militaire clandestin. Le directeur général de l’AIEA rentre de Téhéran où il a rencontré plusieurs membres du gouvernement.

    Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

    Le directeur général de l’AIEA rentre d’Iran ce lundi 21 mai et il a qualifié ses discussions avec les officiels iraniens de « très bonnes  » et de « très utiles ». Le Japonais Yukiya Amano a des relations notoirement exécrables avec l’Iran, dont il ne cesse de dénoncer le « manque de coopération » depuis sa prise de fonction, en 2009.

    Faut-il alors voir là un bon présage, avant la réunion de Bagdad, qui commence mercredi 23 mai entre l’Iran et les grandes puissances ? Les diplomates occidentaux sont prudents.

    L’Iran pourrait bien effectivement, enfin, ouvrir aux inspecteurs internationaux les portes du site suspect de Parchin, cette base militaire où l’AIEA croit savoir que des essais liés à la fabrication d’une bombe ont eu lieu. Mais l’Iran ne ferait là, rappelle-t-on dans les délégations occidentales, que respecter les traités qu’il a lui-même signés et ce avec en plus beaucoup de retard.

    Surtout, ce que veulent la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis par-dessus tout, c’est que l’Iran arrête d’enrichir de l’uranium à 20%, car l’enrichissement d’uranium peut servir à la fabrication d’une bombe. Or, de cela la République islamique ne veut toujours pas entendre parler.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.