GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie : les Rohingyas placent leurs espoirs en Aung San Suu Kyi

    media

    Aung San Suu Kyi a prononcé ce samedi 16 juin son discours d'acceptation de son prix Nobel de la paix, décerné il y a 21 ans, lors d'une cérémonie à Olso en Norvège. La dissidente birmane a promis d'œuvrer à la réconciliation nationale dans son pays et appelé à la libération de tous les prisonniers d'opinion. Elle a aussi rappelé que les hostilités n'avaient pas cessé en Birmanie, une référence directe au conflit dans le nord, et dans la province d’Arakane (ou Rakhine) à l'ouest du pays, où l'état d'urgence a été décrété le 10 juin dernier.

    L'opposante birmane a promis de faire son possible pour que la réconciliation nationale ne reste pas lettre morte, tout en se déclarant prudente sur le processus de transition démocratique dans son pays, toujours dirigé par le général Thein Sein. Elle a aussi dénoncé le conflit dans le nord avec les Kachins, et les affrontements qui ont éclaté depuis début juin entre la communauté bouddhiste et les minorités musulmanes notamment les Rohingyas. Ces derniers ne sont toujours pas reconnus par le gouvernement birman comme une minorité ethnique au même titre que les autres, ils reprochent aux bouddhistes de vouloir les expulser de Birmanie.

    Sayed Hussein est Rohingya, réfugié en Norvège depuis 1989. Il espère que Aung San Suu Kyi défendra sa communauté : « Nous voulons lui écrire une lettre, lui expliquer notre situation, et connaître sa position à notre égard. Nous n'avons jamais entendu clairement quelle était sa position. Nous croyons sincèrement qu'elle se prononcera sur notre sort, comme d'autres l'ont fait. Mais elle est aussi entourée de certaines personnes racistes, des généraux, mais aussi dans son propre parti. Elle est dans une position délicate, mais elle ne peut pas nier nos droits, j'espère qu'elle ne le fera pas. »

    Des centaines de Rohingyas qui tentaient de fuir les violences vers le Bangladesh en bateau ont été refoulés par les autorités bangladaises. En deux semaines, ces violences auraient causé la mort de 50 personnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.