GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'Australie et l'Indonésie unissent leurs efforts contre l'immigration clandestine

    media Le président indonésien Yudhoyono et la Première ministre australienne Julia Gillard, à Darwin le 3 juillet 2012. REUTERS/Daniel Hartley-Allen

    Le président indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono, est arrivé lundi en Australie pour une visite de deux jours, alors que le débat fait rage dans ce pays autour du drame des boat people. Un sujet politiquement très épineux en Australie. Quelques jours avant l’arrivée de Susilo Bambang Yudhoyono, deux navires partis d'Indonésie ont fait naufrage au large de l’île de Christmas, territoire australien tout proche des côtes indonésiennes, faisant des dizaines de morts.

    Le phénomène est ancien, régulier et tend même à augmenter. Depuis le 1er janvier, 62 bateaux transportant près de 4 500 migrants, parmi eux des Afghans, ont été interceptés par les Australiens. Or, c’est majoritairement d’Indonésie que ces désespérés embarquent pour cette traversée extrêmement périlleuse dans l'espoir d'obtenir à l'arrivée un statut de réfugié.

    Côté australien, on souhaite que les Indonésiens, qui rechignent à garder ces demandeurs d'asile chez eux, prennent leurs responsabilités pour endiguer le phénomène.

    Mais les boat people suscitent aussi régulièrement la polémique entre la Première ministre travailliste Julia Gillard et l'opposition de droite. Chacun souhaite que les demandes d'asile soient réalisées ailleurs qu’en Australie, pour décourager les candidats au voyage clandestins. Mais ils divergent sur les solutions.

    En 2011, un accord avec la Malaisie, que proposait Julia Gillard, a échoué, après une décision de justice estimant que ce pays n’avait pas signé les conventions internationales sur les réfugiés. De son côté, l’opposition veut que les demandeurs d’asile soient amenés sur l’île de Nauru, dans le Pacifique, pendant l’examen de leur dossier, ce que refusent les travaillistes au pouvoir.

    Le dossier est d'autant plus sensible que les organisations de défense des droits humains dénoncent fréquemment le fait que les candidats au statut de réfugié sont systématiquement maintenus dans des centres de détention, en attendant la décision des autorités australiennes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.