GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Birmanie : une situation humanitaire toujours critique dans l'Etat d'Arakane

    media La police frontalière du Bangladesh surveille des membres de la communauté rohingya, à Teknaf, le 18 juin 2012. REUTERS/Andrew Biraj

    En Birmanie, la situation reste tendue dans le nord de l’Etat d’Arakane, frontalier du Bangladesh. Début juin, des violences avaient opposé des membres des communautés musulmanes et bouddhistes, faisant près de 80 morts. Les affrontements ont cessé avec l’intervention de l’armée. Mais des milliers de personnes sont déplacées et des centaines de personnes auraient été arrêtées.

    Les affrontements communautaires dans le nord de l’Etat d’Arakan ont cessé mais plusieurs ONG signalent des centaines d’arrestations au sein de la minorité musulmane rohinguas. Et les populations sont plus divisées que jamais, explique Phil Robertson, responsable adjoint de Human Rights Watch pour l’Asie.

    « Beaucoup de Rohinguas ont dû quitter Sittwe, la capitale provinciale, et les bouddhistes qui ont subi les violences de certains Rohingyas sont inquiets et ne veulent plus les voir dans les parages, relate Phil Robertson. L'armée a donc mené une séparation forcée des communautés dans certains endroits. Le problème, c'est qu'il y a des zones où des officiels locaux, connus pour avoir persécuté les Rohingyas, prennent toujours parti contre eux. »

    Les humanitaires ont encore du mal à travailler sur place. Dix employés locaux de l’ONU et de Médecins sans frontières (MSF) ont été arrêtés. MSF a 350 personnes sur le terrain, dont certaines sont injoignables depuis les violences du mois dernier.

    Joe Bolliveau, directeur des opérations de MSF Pays-Bas, le déplore : « Certains villages sont totalement isolés. Ca montre à quel point certaines communautés sont coupées du monde. Je m'inquiète de plus en plus pour l'accès des habitants à la nourriture et aux soins de santé, et il est possible que des personnes blessées ne puissent pas recevoir de soins. »

    En Birmanie, la situation dans l’Etat d’Arakane suscite un violent débat, y compris au sein du parti de l’opposante Aung San Suu Kyi. Le sujet doit d'ailleurs être débattu au Parlement dans les prochaines semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.