GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: condamné pour crime de lèse-majesté, Joe Gordon vient d'être libéré

    media

    Le fait est rarissime en Thaïlande. Un détenu, condamné pour crime de lèse-majesté, a bénéficié d'une grâce royale et a été libéré mardi 10 juillet. La libération de cet Américain d'origine thaïlandaise intervient deux jours avant une rencontre au Cambodge entre Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, et la Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra.

    Joe Wichai Commart Gordon n'y croyait pas un instant, persuadé qu'il s'agissait de rumeurs. Il est pourtant libre. Mardi soir, il a pu quitter sa cellule, grâcié par le roi Bhumibol Adulyadej. Ce quinquagénaire résidant dans le Colorado a été arrêté en mai 2011 lors d'une visite en Thaïlande. Son crime : avoir traduit en thaï depuis les Etats-Unis, puis posté sur son site, Le roi qui ne sourit jamais de Paul Handley, une biographie du roi interdite en Thaïlande. Un acte jugé offensant pour la monarchie.

    La famille royale en Thaïlande est protégée par l'une des lois les plus sévères au monde. Les peines encourues peuvent aller jusqu'à 15 ans de prison. Depuis le coup d'Etat militaire de 2006, les condamnations ont presque triplé. Il y avait eu en 2011 un espoir de changement avec l'arrivée au pouvoir de Yingluck Shinawatra. Mais cet espoir a été vite douché par les déclarations du gouvernement, qui a clairement fait savoir qu'aucun amendement de la loi n'était à l'ordre du jour.

    Le cas de Joe Gordon restera donc un cas isolé, libéré sous la pression de Washington. Au grand dam des activistes des droits de l'homme qui continuent de lutter pour l'abolition de cette loi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.