GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie : les Rohingyas en colère après les déclarations du président Then Sein

    media Les propos du président Then Sein ont provoqué un tollé chez Rohingyas. REUTERS/Tomohiro Ohsumi/Pool

    En Birmanie, les déclarations du président Then Sein sur les Rohingyas suscitent la colère dans cette communauté. Ce jeudi 12 juillet, Then Sein a estimé que les membres de cette minorité sont des immigrés illégaux qui devraient être regroupés dans des camps ou être expulsés. En juin déjà, de violents affrontements ont opposé des rohingyas à des membres de la majorité arakane, faisant des dizaines de morts et des milliers de déplacés.

    Les déclarations du chef de l’Etat birman ont fait l’effet d’une bombe parmi la grande communauté des exilés rohingyas. « Mon grand-père a été secrétaire parlementaire pendant la période démocratique de 1948 à 1962. Et je ne suis pas citoyen birman ! C’est plutôt surprenant pour moi que le président dise que je suis un immigré clandestin ! », s'est ainsi scandalisé Tun Khin, responsable de l’Organisation des birmans rohingyas de Grande-Bretagne.

    La position de Then Sein a d’autant plus surpris que, malgré la répression du précédent régime contre les Rohingyas, il avait lancé un vibrant appel à la fin des violences lors des affrontements meurtriers du mois de juin dans l’Etat d’Arakan. Comme beaucoup d’autres membres de sa communauté, Tun Khin estime que le chef de l’Etat birman montre désormais son vrai visage : « Si l’on s’en tient au communiqué du président Then Sein de ce jeudi, son régime a soutenu les violences récentes contre les Rohingyas. Donc Then Sein est responsable de cette tragédie ».

    Il y a quelques semaines, Then Sein avait estimé que les violences intercommunautaires dans l’ouest risquaient de déteindre sur le reste du pays. S’il confirme ses propos anti-Rohingyas, c’est lui-même qui risque d’attiser les braises.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.