GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Les plus grandes toilettes du monde sont à Séoul

    media Les visiteurs sont parfois emprunts d'un certain mimétisme face aux sculptures de bronze du parc dédié aux toilettes. F. Ojardias / RFI

    En Corée du Sud, un musée dédié aux toilettes a été installé dans la plus grande maison en forme de WC au monde. Son excentrique propriétaire, qui se faisait appeler « Monsieur Toilettes », a consacré sa vie à la promotion de latrines hygiéniques que l'on retrouve aujourd'hui dans de nombreux pays.

    A Suwon, une ville de la grande banlieue de Séoul, se dresse une maison en forme de gigantesque cuvette de WC, d’un blanc étincelant comme une céramique bien récurée. C’est la demeure de Sim Jae-duck, l’ancien maire de la ville, surnommé « Monsieur Toilettes » par ses administrés.

    Pour y boire du thé

    Né dans les toilettes insalubres de sa maison familiale, « M. Toilettes » a consacré sa vie à la promotion de latrines publiques hygiéniques et conviviales. A sa disparition en 2009, sa maison-WC a été reconvertie en un musée dédié à son combat. « Sim Jae-duck voulait faire savoir à quel point les toilettes sont importantes. Maintenir des WC propres permet d’éviter la transmission de maladies, explique Jo Bo-bae, jeune guide enthousiaste des lieux. Il voulait aussi faire des toilettes un endroit de charme et de culture. »

    De culture ? Jo Bo-bae précise : « Assis sur les WC, on peut écouter de la musique, lire, ou même boire du thé. C’est pour cela que "M. Toilettes" avait placé les toilettes au centre de sa maison. »

    En effet, dans la maison-WC, le petit coin porte mal son nom : il occupe la pièce centrale, offrant une vue plongeante sur le salon et le jardin à travers une large vitre… qu’un dispositif ingénieux rend opaque au moment opportun.

    Education scatologique

    Les deux étages du musée retracent une histoire insolite des toilettes en Corée. Les enfants y apprennent des règles d’hygiène de base, ainsi que « des choses amusantes à savoir sur le caca ». Par exemple : comment interpréter un rêve où l’on tombe dans les toilettes ? (réponse : c’est signe de bon augure.)

    Le 4 juillet, un parc adjacent à la maison-WC a été inauguré. Il offre une promenade ludique et scatologique, qui permet d’admirer d’anciennes toilettes, de la Rome antique à la Corée médiévale. Pour la touche ludique, des sculptures - en bronze bien sûr - ont été érigées, représentant des personnages accroupis, capturés sur le vif.

    « Ce n’est pas du tout répugnant. C’est rigolo et instructif, assure un visiteur quadragénaire, habitant de Suwon. Je reviendrai visiter le musée avec mes enfants. »

    En Corée, les toilettes et les fonctions digestives qui y sont associées ne sont pas un sujet tabou, mais plutôt une façon de rire sans s’embarrasser de gêne inutile. Un livre pour enfants raconte ainsi l’histoire ébouriffante « du tigre qui pète, Ppilili Bbung, dans une flûte ». Une chaîne de boulangeries à Séoul, appelée « gâteau-caca », vend des friandises en forme de petits étrons.

    Le musée-WC veut donc surprendre et amuser pour mieux éduquer. « Je viens de recevoir un coup de téléphone d’un responsable d’une crèche qui veut amener sa classe, se félicite Jo Bo-bae. Nous prévoyons d’organiser des programmes éducatifs, et le musée vend déjà des livres pour les plus jeunes. »

    Le trône céleste du Népal

    Le combat de « M. Toilettes » ne s’est pas limité aux WC publics de sa ville, devenus « l’une des principales attractions de Suwon ». Il a aussi créé une ONG, la World Toilet Association (WTA), qui a construit des latrines modernes dans une dizaine de pays du Sud, tels que l’Indonésie, le Cambodge, le Cameroun ou le Ghana.

    « Je crois que chaque être humain a droit à des toilettes propres, souligne le Dr. Cho Yong-Ee, qui a succédé à Sim Jae-duck à la tête de la WTA. Environ deux millions d’enfants meurent chaque année en raison de maladies transmises par des eaux insalubres. Des telles tragédies doivent être empêchées. »

    L’association prévoit de construire cette année des latrines au Népal. Assis sur son trône céleste, « M. Toilettes » peut être soulagé : sa relève est assurée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.