GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Fukushima : ouverture d’une enquête au Japon sur des compteurs de radiation truqués

    media Des employés de Tepco travaillent au retrait des déchets nucléaires à la centrale de Fukushima Daiichi, le 18 juillet 2012. Reuters/Tokyo Electric Power Co

    Une enquête officielle va être ouverte au Japon sur l'exposition aux radiations des employés de la centrale de Fukushima. Une décision de la ministre du Travail après les accusations de la presse. Certains journaux affirment qu'un sous-traitant de la compagnie Tepco a demandé aux ouvriers de truquer les résultats des compteurs de radiation.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    D’après la presse japonaise, Build-Up, une société de construction affiliée à Tepco, l’opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima, a demandé à une dizaine d’ouvriers de recouvrir de plomb leurs dosimètres pour sous-évaluer les radiations auxquelles ils sont exposés dans la centrale de Fukushima afin de leur permettre de travailler plus longtemps.

    Depuis l’arrêt à froid des réacteurs, le niveau légal de radiation qu’un ouvrier de la centrale de Fukushima peut recevoir a été abaissé à 50 millisieverts (mSv). Ce niveau est vite atteint par les ouvriers travaillant dans les endroits les plus exposés aux radiations et les sous-traitants de Tepco ont de plus en plus de mal à recruter de nouveaux ouvriers temporaires.

    Le niveau annuel légal de radiation avait été porté à 250 millisieverts au début de l’accident, lorsque la centrale avait rejeté d’énormes quantités de particules radioactives.

    Plus de 18 000 ouvriers temporaires sont passés à travers la centrale depuis le début de l’accident. La plupart ne reste que quelques mois pour ne pas accumuler des doses dangereuses pour leur santé.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.