GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Aujourd'hui
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Ukraine: l'humoriste Volodymyr Zelenskiy élu président avec 73% des voix (sondage à la sortie des urnes)
    Dernières infos
    • Soudan: 7 millions d’euros saisis dans la résidence du président déchu Omar el-Béchir (chef Conseil militaire)
    • Football/Ligue1: le PSG officiellement champion de France après le match nul de Lille à Toulouse
    • Soudan: l’armée répondra dans la semaine à la demande d’un pouvoir civil exigé par la contestation (chef Conseil militaire)
    • Soudan: soutien financier de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud : le président Lee Myung-bak s'excuse pour la mise en examen de son frère

    media « Je courbe la tête et je m'excuse pour avoir causé du souci avec ces affaires », a déclaré le président Lee Myung-bak à Séoul, le 24 juillet 2012. Reuters / /Kim Byong-man

    Le frère du président sud-coréen Lee Myung-bak vient d’être mis en examen pour corruption. Cet ancien député, plus fidèle soutien de son frère, était considéré comme la personnalité la plus puissante de l’administration Lee. Un scandale de plus pour le gouvernement, six mois avant la prochaine élection présidentielle prévue en décembre. Le président a présenté ses excuses dans une allocution télévisée.
     

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    C’est une fin de règne difficile pour le président sud-coréen Lee Myung-bak. Après un scandale d’écoutes illégales et des allégations de corruption concernant ses proches conseillers, c’est à présent son propre frère qui fait face à la justice.

    Ce dernier, Lee Sang-deuk, 76 ans, se trouvait en détention préventive depuis le 10 juillet. Il vient d’être mis en examen et est accusé de trafic d’influence : il aurait reçu 430 000 euros de la part de deux directeurs de caisses d’épargne au bord de la faillite, afin d’empêcher leur suspension pour mauvaise gestion. Des accusations niées par Lee Sang-deuk.

    Ces pots-de-vin auraient été reçus deux mois avant l’élection présidentielle victorieuse, qui a porté son frère au pouvoir. Les procureurs cherchent donc à déterminer si cet argent a servi à financer sa campagne.

    Le président Lee Myung-bak voulait faire de son gouvernement « le moins corrompu de l’histoire coréenne ». Mardi, il a présenté à la télévision ses excuses, pour la sixième fois depuis le début de son mandat. 

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.