GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Des membres du gouvernement japonais présents au mémorial controversé de Yasukuni

    media Des hommes vêtus à la manière des soldats de l'Empire défilent en souvenir des 2,5 millions de Japonais morts durant la Seconde Guerre mondiale. REUTERS/Issei Kato

    Ce 15 août marque le 67e anniversaire de la capitulation du Japon. Pour la première fois depuis l'arrivée d'un gouvernement de centre-gauche au pouvoir, au moins un ministre et plusieurs membres du parti démocrate du Premier ministre Yoshihiko Noda se sont rendus au sanctuaire de Yasukuni, à Tokyo. Un lieu considéré en Asie comme le symbole du militarisme japonais durant la Seconde Guerre mondiale.

    De nore correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Chaque 15 août, le sanctuaire Yasukuni rassemble des vétérans en uniforme portant des drapeaux du Soleil levant, des baroudeurs de l’extrême-droite. L’atmosphère est celle d’une kermesse héroïque.

    Mais Yasukuni n’est pas qu’un sanctuaire pour le repos des 2,5 millions de soldats, marins, infirmières, morts durant la Seconde Guerre mondiale et d’autres conflits.

    A Yasukuni sont également honorées les âmes de 14 criminels de guerre, dont le général Hideki Tojo, Premier ministre pendu avec six des autres condamnés. « Nous nous retrouverons à Yasukuni », lançaient les pilotes kamikazes partant pour leur dernière mission.

    Ce 15 août à Yasukuni, on a retrouvé notamment Jin Matsubara, le ministre chargé de la Sécurité publique. Ce sanctuaire nourrit le négationnisme contemporain au Japon. En dépit de ses excuses, remords exprimés à maintes reprises, le Japon ne parvient toujours pas à faire la paix avec son passé, ni à rassurer des voisins déçus de voir aujourd’hui que, de gauche ou de droite, des ministres japonais se rendent toujours en pèlerinage dans ce sanctuaire de Yasukuni à la mémoire empoisonnée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.