GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Mai
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Aujourd'hui
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Birmanie, les journalistes restent vigilants quant à l’abolition de la censure

    media L'abolition de la censure s'inscrit dans la politique d'ouverture du gouvernement réformateur de Thein Sein, ici en avril 2012 à Tokyo. REUTERS/Tomohiro Ohsumi/Pool

    Après un demi-siècle de censure drastique, la Birmanie a finalement aboli les restrictions qui pesaient sur les médias du pays. Mais les journalistes birmans ne crient pas encore victoire.

    L'abolition de la censure en Birmanie s'inscrit dans la politique d'ouverture du gouvernement réformateur de Thein Sein qui a succédé au régime de la junte en mars 2011. Mais pour Zin Linn, journaliste en exil et vice président de l'Association des médias birmans, il n'en aurait rien été sans la mobilisation des journalistes sur place.

    « C’est avant tout un bon résultat, obtenu par la jeune génération de journalistes birmans, affirme-t-il. S’ils n’avaient pas montré leur unité et leur force, le gouvernement n’aurait pas levé leurs restrictions ».

    Les journalistes n'auront donc plus à présenter leurs articles au tout puissant ministère de l'Information avant de les publier, mais ils seront toujours susceptibles d'être punis a posteriori s'ils s'aventuraient à critiquer l'Etat. D'où le risque d'un passage de la censure à l'auto-censure. Pour Zinn Linn, la vigilance reste de mise : « C’est un premier pas dans l’amélioration des conditions de travail des médias birmans. La raison pour laquelle je parle de "premier pas" est que la nouvelle loi sur les médias est toujours à l’étude. Le gouvernement a dit qu’il soumettrait cette loi au Parlement, mais nous ne savons pas si ce texte sera discuté avec les journalistes ou pas. Il faut donc entendre attendre ».

    Malgré ces avancées, le journaliste birman, en exil depuis 2001, n'envisage toujours pas de rentrer dans son pays.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.