GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: pour éviter Nauru, les demandeurs d’asile poursuivent la grève de la faim

    media L’Île australienne Christmas située au sud de l'Indonésie, dans l'océan Indien. RFI

    En Australie, une centaine de demandeurs d’asile sont en grève de la faim au centre de détention de l’île australienne de Christmas, au sud de l’Indonésie. Arrivés après le 13 août dans les eaux australiennes, ils sont donc sous le coup de la nouvelle législation passée par le Parlement, destinée à décourager les candidats à l’asile qui arrivent par bateau en Australie. La loi prévoit leur transfert dans le nouveau centre de détention de Nauru, petit Etat insulaire au centre du Pacifique. Ce qu’ils veulent éviter à tout prix.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    Ils sont Afghans, Sri Lankais, Pakistanais et Iraniens. La plupart ont entamé leur grève de la faim vendredi 24 août, mais certains n'ont rien mangé depuis onze jours. D'après les leaders du mouvement, trois demandeurs d'asile auraient été admis à l'hôpital pour insuffisance rénale.

    Selon le département de l'Immigration australien, un seul aurait été envoyé à l'hôpital, mais on ne sait pas encore si c'est lié à la grève de la faim. Ce genre de protestation ne changera rien à sa nouvelle politique, prévient le gouvernement.

    Selon le ministre du Budget, la menace de Nauru est la seule efficace pour décourager les gens à se lancer dans un voyage en bateau extrêmement dangereux. « Je ne veux pas croupir pendant 6 ans à Nauru comme c'est arrivé à certains le temps que leur dossier soit traité », a expliqué samedi 26 août un demandeur d'asile afghan, faisant référence à la première période d'activité du centre, entre 2001 et 2007.

    Pour éviter Nauru, les grévistes ont indiqué qu'ils préféraient retourner à leur point de départ, le camp de réfugiés géré par l'ONU en Indonésie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.