GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Mer de Chine : Taïwan veut amorcer une détente

    media Le président taïwanais évoque les îles Senkaku-Diaoyu lors d'un discours, le 7 septembre 2012. REUTERS/Sun Chung-ta/Pool

    Le président de Taïwan appelle au compromis dans le conflit territorial des îles Senkaku, que les Chinois appellent Diaoyu. Cet archipel constitué d'îlots inhabités contrôlés par le Japon est à la fois revendiqué par Pékin et par Taipeï. La Chine communiste, soutenue jusqu'ici par l'île nationaliste, a fait monter la tension ces dernières semaines sur ce dossier suscitant une poussée nationaliste au Japon. Mais le chef de l'Etat taïwanais a peut-être une solution.

    Pour la première fois depuis la poussée de fièvre de ces dernières semaines autour des îles Senkaku-Diaoyu, l'un des protagonistes semble vouloir calmer le jeu.

    Vendredi 7 septembre, lors d'un déplacement sur une île taiwanaise proche de l'archipel de la discordre, le président taïwanais Ma-Ying Jeou a proposé une solution : « Nous pourrions, dit-il, mettre de côté nos revendications de souveraineté et étudier comment exploiter conjointement les ressources naturelles dans esprits de paix et de réconciliation. » Une déclaration qui tranche avec le ton belliqueux employé depuis le mois d'août.

    Jusqu'ici, Taïwan a adopté la même attitude que Pékin concernant ces îlots que le gouvernement de Taipeï considère comme faisant partie de son territoire.

    Et comme le chef de l'Etat taïwanais est considéré comme pro-Pékin, ses déclarations prennent une résonnance particulière.

    Pour ne pas donner l'impression de reculer, Ma-Ying Jeou a malgré tout dénoncé le projet japonais d'acheter trois des îles contestées, mais il offre clairement une porte de sortie honorable au Japon et à la Chine continentale.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.