GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: poursuite des manifestations contre un projet minier

    media Les villageois de Monywa assis à l'extérieur du monastère. AFP

    Dans le centre de la Birmanie, un projet minier provoque depuis des mois la colère des habitants, depuis les accusations de corruption lancées par un journal local. Soixante-dix personnes seraient toujours barricadées dans le monastère de Monywa, pour demander la libération des personnes arrêtées et le début de négociations sur ce projet de mines de cuivre. Trois militantes sont toujours détenues.

    Lundi dernier, une prière avait été organisée dans la pagode de Monywa, sur le thème des terres confisquées et du respect de l’environnement : la police a arrêté 12 villageois, provoquant une manifestation qui, selon le journal The Irrawady, a réuni 700 personnes demandant leur libération et l'arrêt du projet minier.

    Un projet dangereux pour l'environnement selon des militants qui affirment que les puits d'eau potable et la rivière Chindwin utilisés par les fermiers ont été pollués par ces mines. Et puis il y a les confiscations de terres : en un an, 26 villages de la région auraient perdu pas moins de 3 200 hectares.

    Comme depuis le mois de mars les Birmans ont le droit de manifester, ils l'utilisent. Les militants demandent l'arrêt de l'exploitation, le lancement de négociations et la libération des trois villageoise toujours sous les verrous.

    A noter que dans ce projet minier, on trouve une entreprise chinoise - associée à une entreprise gérée elle par les militaires birmans. Et justement, l'an dernier, c'est la suspension par le gouvernement birman d'un projet de barrage financé par les Chinois qui avait en quelque sorte lancé le processus de réforme, le gouvernement répondant pour la première fois à une revendication forte de la population. Quelle sera son attitude cette fois-ci ? Les villageois de Monywa ont promis de continuer à se battre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.