GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le président birman Thein Sein rayé de la liste noire des Etats-Unis

    media Grâce aux réformes politiques et économiques qu'il a engagées, le président birman Thein Sein ne figure plus sur la liste noire américaine. REUTERS/Tomohiro Ohsumi/Pool

    Aung San Suu Kyi est aux Etats-Unis depuis lundi 17 septembre, et comme lors de son voyage en Europe, l'opposante et prix Nobel de la paix birmane est accueillie en héroïne : elle a reçu hier la médaille d'or du Congrès américain, et s'est entretenue à la Maison Blanche avec le président Barack Obama. Parallèlement, et même si la nouvelle n'a pas été mise en avant par le gouvernement américain, les Etats-Unis viennent d'enlever de leur « liste noire » le chef de l'Etat birman Thein Sein. Une façon de ne pas oublier non plus celui qui, depuis un an, réforme peu à peu la Birmanie.

    Thein Sein figurait depuis 2007 sur cette fameuse liste américaine qui interdit tout investissement aux Etats-Unis, sous peine de voir ses biens saisis. Son nom, et celui du président du Parlement birman, ont été rayés ce mercredi 19 septembre.

    Ce n'est pas un hasard, car la veille, Aung San Suu Kyi en personne avait demandé que soient levées toutes les sanctions américaines qui ne l'avaient pas encore été. La mesure est d'importance : elle ouvre la voie à une véritable normalisation des relations entre les deux pays. Depuis le mois de juillet d'ailleurs, les Etats-Unis ont un nouvel ambassadeur en Birmanie.

    La Dame de Rangoon sait très bien que les réformes menées par le président Thein Sein ne pourront continuer que si des signes « positifs » sont envoyés au pouvoir birman et aux militaires qui les entourent. Des signes politiques mais aussi économiques. Il faut que le pays puisse se développer, puisque c'est l'échec « économique » de la junte qui l'aurait amené à changer de politique il y a maintenant un an.

    D'ailleurs cette semaine, de nouveaux prisonniers politiques -quelques dizaines- ont été libérés en Birmanie. Une bonne nouvelle dont pourra se prévaloir Thein Sein dans quatre jours, à New York, lors de l'Assemblée générale de l'ONU à laquelle il participe pour la première fois en tant que président.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.