GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Asie-Pacifique

    Vladimir Poutine sécurise une présence militaire russe au Kirghizstan jusqu’en 2032

    media Le président russe Vladimir Poutine (G) et son homomogue kirghize Almazbek Atambaiev, le 20 septembre 2012 à Bichkek. REUTERS/Vladimir Pirogov

    Le président russe et son homologue kirghize ont conclu, jeudi 20 septembre, un partenariat stratégique et financier important, alors que cette ex-République soviétique voisine de l’Afghanistan accueille également une base américaine.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    La présence militaire russe au Kirghizstan est assurée au moins jusqu’à l’année 2032. L’accord sur le statut et les modalités d’implantation de la base militaire russe dans ce pays a été signé par les ministres de la Défense, en présence des deux présidents. C’est l’épilogue de très longues discussions qui ont connu des hauts et des bas ces dernières années.

    La Russie n’a jamais vu d’un bon œil le fait que les Etats-Unis disposent, eux aussi, d’une base au Kirghizstan, qui assure près de 30% des ravitaillements des avions participant à l'opération de l'Otan en Afghanistan. Les militaires américains sont implantés à l’aéroport de Manas, près de Bichkek, la capitale, mais ils doivent en partir en 2014, année du retrait prévu de leurs forces d’Afghanistan.

    Bien que la question n’ait officiellement pas été soulevée lors des discussions entre Vladimir Poutine et Almazbek Atambaïev, selon le président russe, le chef de l’Etat kirghize a cru bon de préciser, en conférence de presse, qu’après 2014, l’aéroport de Manas serait uniquement civil et qu’il n'accueillerait aucune base aérienne étrangère. « Notre avenir réside dans un partenariat stratégique avec la Russie », a résumé le président kirghize. De quoi rassurer la Russie, soucieuse de développer de bonnes relations avec cette République d'Asie centrale, dont elle s'apprête à effacer une dette de près de 380 millions d'euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.